• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Kerviel : la semaine à Paris, le week-end en Bretagne

FRANCE, Fleury-Mérogis : Jérôme kerviel à sa sortie de prison, le 8 septembre 2014. AFP PHOTO / LIONEL BONAVENTURE
FRANCE, Fleury-Mérogis : Jérôme kerviel à sa sortie de prison, le 8 septembre 2014. AFP PHOTO / LIONEL BONAVENTURE

Jérôme Kerviel est sorti de prison ce lundi matin pour aller se faire poser un bracelet électronique. L’ancien trader vivra à Paris la semaine et rentrera en Bretagne les week-ends. Son comité de soutien, à Pont l'Abbé, s'en réjouit mais annonce continuer la bataille judiciaire à ses cotés.

Par Elisabeth Denys

Jérôme Kerviel avait été condamné en mars dernier à cinq ans de prison dont trois ferme pour avoir causé la perte de 4,9 milliards d’euros à la Société générale. Après 150 jours de détention à la prison de Fleury-Mérogis, l’ancien trader avait obtenu, le 4 septembre, sa libération sous bracelet électronique.


Auprès de sa mère

Le bracelet sera relié à un boîtier de contrôle, installé à son domicile, qui permettra aux services pénitentiaires de vérifier qu’il respecte ses horaires de sortie, à savoir de 07h à 20h30, du lundi au vendredi. Le dispositif lui laisse une liberté totale de mouvements les week-ends et jours fériés. Il sera tenu de le conserver jusqu’au 26 juin 2015, date à laquelle il pourra bénéficier, sous réserve qu’aucun incident n’ait émaillé sa peine, d’une mesure de libération conditionnelle. Jérôme Kerviel vivra dans un appartement parisien puisqu’il travaillera comme consultant en informatique pour une société domiciliée à Levallois-Perret. Selon Sabrina Bailleul, attachée de presse du Père Gourrier Jérôme Kerviel rentrera  "le plus souvent possible" passer ses week-ends auprès de sa mère, malade depuis le début de l’affaire et actuellement hospitalisée. Selon Maître Koubbi, son avocat, le natif de Pont-l'Abbé, dans le Finistère, aspire à « reprendre le cours d’une vie tout à fait normale ».

La suite

 "On est très contents qu'il puisse venir visiter sa maman le week-end", se réjouit René Coupa, le fondateur de son comité de soutien de Pont l'Abbé. Mais la bataille n'est pas terminée pour autant. "Nous voulons savoir la somme perdue par d'autres traders et qui a été mise sur son dos !" s'insurge-t-il, avant d'ajouter que "sept années de salaires ont été versées à cinq salariés pour qu'ils ne témoignent pas, c'est un scandale !" Une plainte pénale pour subordination de témoin a ainsi été déposée par Kerviel contre la Société Générale. Elle s'ajoute aux deux autres plaintes déposées par l'ancien trader et son avocat : l’une pour faux et usage de faux (à propos de ce qui a été présenté comme ses aveux), l'autre pour escroquerie de jugement (à propos des sommes qui auraient, selon lui, été perdues par la banque après son départ). Le volet dommages et intérêts de l'affaire sera jugé le 17 septembre devant la Cour d'appel de Versailles.

A lire aussi

Sur le même sujet

Douarnenez, la plage du Ris interdite à la baignade

Les + Lus