• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

La Chine va-t-elle sauver l'agro-alimentaire breton ?

La délégation chinoise visite l'abbattoir de volailles de Pénalan / © Christian Polet
La délégation chinoise visite l'abbattoir de volailles de Pénalan / © Christian Polet

Ce lundi, une délégation chinoise visitait un ancien abattoir de volailles, fermé depuis six mois, sur la commune de Maël-Carhaix. Première étape d'un séjour de trois jours en Bretagne, où la Chine pourrait investir des centaines de millions d'euros dans l'industrie agro-alimentaire.

Par Eric Nedjar

Comment nourrir 1,3 milliard d'habitants soit 22% de la population de la planète avec seulement 7% des terres agricoles mondiales ? En investissant massivement à l'étranger ! C'est en tout cas ce que la Chine a commencé à faire en Bretagne en lançant au mois de janvier dernier la construction d'une usine de lait infantile (poudre de lait) à Carhaix. Son coût : 100 millions d'euros.

Et ce n'est peut-être pas fini ! D'autres projets pourraient en effet voir le jour si des opportunités venaient à se présenter. Pour cela une délégation, avec à sa tête un ministre et le président de la China banque de France, séjourne depuis ce lundi en Centre-Bretagne. Au programme : visites de sites industriels et d'exploitations agricoles.

Un sujet de Jean-Pierre Lyvinec et Christian Polet
Visite d'une délégation chinoise en Bretagne
Interviews  :
     - Alain Marzin : maire de Maël-Carhaix
     - Christian Troadec : maire de Carhaix et président de Poher Communauté
     - Wu Shaohua : président de la branche française Exim Bank of China

A lire aussi

Sur le même sujet

Interview François Floret

Les + Lus