• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Un capitaine breton sauve des migrants en Méditerranée

Les gardes côtes italiens prennent en charge des réfugiés au large de Lampedusa / © Guardia Costiera/AFP
Les gardes côtes italiens prennent en charge des réfugiés au large de Lampedusa / © Guardia Costiera/AFP

Il s'appelle Philippe Martinez, il est originaire de Vannes. Avec son remorqueur de Haute-Mer ce capitaine a sauvé près de 1800 migrants en perdition au milieu de la Mer Méditerranée. 

Par christophe molina

Philippe Martinez est le capitaine du remorqueur de haute-mer Leonard-Tide, sa mission consiste à ravitailler une plateforme pétrolière au large de la Libye. La première fois qu'il s'est retrouvé face à face avec un bateau de migrants c'était début août à 250 miles de Lampedusa. Ils sont une centaine sur un radeau à fond souple d'une dizaine de mètres. Les migrants n'ont plus d'eau, plus de vivres et presque plus d'essence, pas assez en tout cas pour rejoindre les côtes européennes. 

Philippe Martinez et ses officiers égyptiens ne se posent pas de questions et décident de faire monter à bord du remorqueur des hommes, des femmes, des enfants. Ils sont exténués et parfois blessés, à bord ils reçoivent les premiers soins, l'équipage distribue aussi de l'eau et des vivres. Les migrants seront ensuite pris en charge par les gardes côtes et débarqués dans un port italien.

Lors d'une période de repos Philippe Martinez a témoigné au micro d'Europe1

philippe Martinez chez Europe 1

Philippe Martinez a depuis croisé et secouru d'autres migrants embarqués sur des navires de fortune. Plus de 1800 au total.

Les réfugiés sont souvent entassés sur des chalutiers en bois d'une quinzaine de mètres. Les bateaux sont en mauvais état, sans porte étanche, sans radar, sans feux de navigation... Le plus gros qu'il ait secouru transportait 684 personnes.

Mi-août, Ouest-France s'était déjà fait l'écho des sauvetages de Philippe Martinez.

Philippe Martinez a toujours refusé de regarder ailleurs quand il croisait un bateau de migrants. La compagnie américaine qui l'emploie ne lui a jamais reproché de transformer son remorqueur en navire humanitaire et l'a même soutenu dans son action.


Lors de son dernier sauvetage Philippe Martinez a voulu aller plus loin.

Il voulait savoir ce que devenait ces gens après leur remise aux autorités italiennes. Il s'est mis à leur distribuer sa carte de visite pour avoir des nouvelles, dans six mois..., dans un an..., pour savoir ce qu'ils étaient devenus.

Phillipe Martinez reprend la mer le 09 Novembre.

Sur le même sujet

Interview d'Emmanuel Ethis, recteur de l'académie de Rennes

Les + Lus