• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Festival du Film Britannique de Dinard : le Hitchcock d'or décerné à The Goob de Guy Myhill

Festival du Film Britannique de Dinard présidé par Catherine Deneuve. Le Hitchcock d' or décerné à Guy Myhill pour The Goob - 11/10/2014 / © Maxppp - PQR - F. Dubray
Festival du Film Britannique de Dinard présidé par Catherine Deneuve. Le Hitchcock d' or décerné à Guy Myhill pour The Goob - 11/10/2014 / © Maxppp - PQR - F. Dubray

Samedi soir le palmarès du 25e Festival du Film Britannique de Dinard a consacré d'un Hitchcock d'or, le film de Guy Myhill : The Goob. Une oeuvre qui dresse le portrait d'un jeune ouvrier agricole au fond de la campagne anglaise. Le prix du public a été attribué à ‘71 de Yann Demange

Par Thierry Peigné

Le jury du festival de Dinard (Kevin MacDonald, Suzanne Clément, Rémy Bezançon, Léa Drucker, Sophie Duez, Emilia Fox, Alexandre Mallet-Guy, Jodie Whittaker et Penny Woolcoc) présidé par Catherine Deneuve, a choisi comme meilleur film britannique de la sélection The Goob, qui reçoit donc le Hitchcock d'Or.

The Goob : drame rural

Le film de Guy Mihill raconte les tourments d'un ado déchiré entre sa fidélité à sa famille et son envie de quitter une région (le Norfolk) ravagée par la crise et la violence. L’histoire se déroule dans la campagne anglaise, pendant une vague de chaleur. Comme tous les étés, Goob Taylor, 16 ans, partage son temps entre le routier que tient sa mère et la récolte de potirons dans les exploitations alentours. Mais quand sa mère se met à fréquenter le ténébreux pilote de stock car Gene Womack, le jeune Goob se sent délaissé. L’arrivée dans les champs de la jeune Eva va tout changer: fasciné par le charme de la belle saisonnière, Goob se met à rêver d’une vie meilleure.

 

'71 : prix du public

'71 repart avec le prix du Public Première. Le film se passe à Belfast en 1971. Tandis que le conflit en Irlande du Nord dégénère en guerre civile, Gary, jeune recrue anglaise, est envoyé sur le front. La ville est à feu et à sang, dans une situation confuse, divisée entre protestants et catholiques. Lors d’une patrouille dans un quartier en résistance, son unité est prise en embuscade. Gary se retrouve seul, pris au piège en territoire ennemi. Il va devoir se battre jusqu’au bout pour essayer de revenir sain et sauf à sa base. Pur thriller psychologique, '71 impose le réalisateur Yann Demange comme une valeur du cinéma d'action.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

toute l'actu cinéma

Réaction de Laurence Maillart-Méhaignerie, signataire de la tribune. Députée LREM de la 2e circonscription d'Ille-et-Vilaine

Les + Lus