Cet article date de plus de 6 ans

Ebola : les consignes en cas de suspicion

Une conférence de presse s'est déroulée mardi à Rennes, à l'initiative du préfet et de l'agence régionale de santé autour des conduites à tenir en cas de suspicion de contamination, par le virus Ebola. Le préfet se veut rassurant : "la situation sanitaire est parfaitement maîtrisée". 
Une employée du centre d'appels dédié au virus Ebola répond aux questions du public. Un seul numéro en cas de doutes : 0800 13 00 00
Une employée du centre d'appels dédié au virus Ebola répond aux questions du public. Un seul numéro en cas de doutes : 0800 13 00 00 © THOMAS SAMSON / AFP
Les autorités publiques communiquent sur le virus Ebola, en rappelant qu'il faut éviter toute psychose. A Rennes, le préfet et l'agence régionale de santé ont évoqué devant la presse le dispositif d'information mis en place. Des fiches conseils seront prochainement distribuées aux institutions publiques : mairies, collectivités, gares... afin de rappeler les consignes et surtout la conduite à tenir en cas de suspicion de contamination par le virus Ebola.

13 signalements ont été faits en Bretagne, 4 ont fait l'objet d'examens biologiques plus poussés. Au final, tous se sont tous révélés négatifs. Dans la région, le CHU de Pontchaillou à Rennes est mobilisé, comme établissement de référence

Les symptômes


La maladie se transmet par ce que le corps médical appelle "les humeurs" c'est-à-dire sueur, salive, urine, vomissements. Elle peut se développer entre 2 et 21 jours, période d'incubation

Un cas suspect répond à plusieurs règles : 

Attitude à adopter face à une personne qui pourrait être porteuse du virus

Le premier réflexe à avoir et si le patient réunit les symptômes ci-dessus

Des analyses de sang seront alors réalisées, voire des analyses biologiques afin de déterminer son état. 

Pour toute information, une ligne gratuite est à votre disposition au 0800 13 00 00 et vous pouvez consulter le site dédié du gouvernement.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé