• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Le Tour de France et la Bretagne, l'histoire roule toujours...

Tour de France 1952 : départ de Brest / © Ina
Tour de France 1952 : départ de Brest / © Ina

Depuis sa naissance, il y a 102 ans, une trentaine de villes bretonnes ont accueilli la Grande boucle. La Bretagne et le Tour de France c’est une belle histoire d’amour, débutée en 1905, soit deux ans après la naissance du tour. Cette année-la, Rennes est retenue pour être ville étape.

Par Isabelle Rettig, avec K V

La Bretagne et le Tour de France c'est une histoire qui a commencé en 1905 à Rennes. L'épreuve n'a que deux ans d'existence. Et cette année-là, le vainqueur dans la capitale bretonne, ville étape, s’appelle Louis Trousselier, c’est un Parisien, qui porte de belles moustaches et remportera aussi la compétition… Il ne mettra que 10h25 à rallier la Rochelle à Rennes.

La Grande boucle est passée à 15 reprises par Rennes


Rennes sera donc à nouveau ville de départ l’an prochain et ça n’était pas arrivé depuis 1994. Elle a accueilli le Tour de France 15 fois. En 1964 notamment, l'année où Jacques Anquetil va remporter son 5ème et dernier tour, la première étape avait conduit les coureurs de Rennes à Lisieux.

1964 : Rennes - Lisieux
Tour de France Rennes-Lisieux 1964


Le record est pour Brest


Mais en Bretagne c’est Brest qui détient le record… puisque la cité du Ponant  a accueilli le Tour à 24 reprises. En 1952, le départ de la toute première étape y est donné :  246 km entre Brest et Rennes. Cette année-là, les coureurs s’appellent Rafael Geminiani, Jean Robic mais surtout Fausto Copi . C’est lui qui s’imposera à Paris après avoir remporté les trois étapes de montagne.

Tour de France 1952 : Brest - Rennes


Plumelec, un des hauts lieux du cyclisme en Bretagne


La petite commune du Morbihan célèbre pour sa fameuse côte de Cadoudal redoutée de tous les coureurs a accueilli la Grande Boucle à quatre reprises. On se souvient notamment du prologue en 1985 avec la victoire au sommet de la côte, d’un petit gars bien de chez nous, un certain Bernard Hinault. Et puis plus récemment, Eric Zabel en 97 et Alejandro Valverde en 2008 y ont signé de belles victoires d’étape.

1985 : Plumelec
Tour de France 85 Plumelec


Et sinon, Fougères, Vannes et Mûr de Bretagne...


Fougères, Mûr-de-Bretagne et Vannes sont un petit peu moins prisées des organisateurs de l'épreuve, même si Vannes a accueilli le peloton à 11 reprises, une seule fois pour Mûr-de-Bretagne c’était en 2011. Mais quelle étape ! A l’arrivée de l’Alpes d’Huez bretonne, comme l’avait surnommée Christian Prudhomme, et bien l’Australien Cadel Evans et Alberto Contador avaient été départagés avec la photo finish.  A Fougères, les cyclistes sont passés deux fois, dont en 2013 , l’année du dernier passage du Tour en Bretagne, avec une étape Fougères-Tours remportée par l’Allemand Marcel Kittel.


L'interview de David Robo, maire de Vannes
ITW David Robo, maire de Vannes

2011 : Lorient - Mûr de Bretagne
tour de France 2011 Mûr de Bretagne


Une aubaine pour les villes étapes et de départ


Une aubaine, en terme de retombées économiques et en terme d’images aussi. Mais le passage de la compétition dans une ville a aussi un coût, plus élevé pour les villes arrivée comme Plumelec et Mûr-de-Bretagne, qui devront débourser au bas mot, 90 000 euros, un peu moins cher pour les villes départ, comme Rennes ou Vannes, qui elles, devront verser 50 000 euros à Amaury Sport Organisation.


A lire aussi

Sur le même sujet

Extrait du documentaire

Les + Lus