Cet article date de plus de 6 ans

Etablissements scolaires : comment parler de l’attentat à Charlie Hebdo ?

Après la mobilisation historique contre le terrorisme : 4 millions de personnes ont battu le pavé en France dont 400 000 bretons, ces évènements douloureux ont énormément interpellé les adultes mais aussi les moins jeunes. Les professeurs s'inquiètent : comment expliquer aux élèves cet attentat ?
L'édition spéciale du Petit Quotidien du 9 janvier sur l'attentat Charlie Hebdo
L'édition spéciale du Petit Quotidien du 9 janvier sur l'attentat Charlie Hebdo © France3Bretagne
La Ministre de l'Education Nationale, Najat Vallaud-Belkacem, a entrepris hier de consulter syndicats d'enseignants et fédérations de parents après les attentats qui ont endeuillé la France. Car la Ministre veut promouvoir une grande mobilisation de l'école pour les valeurs de la République.

Une semaine après ces actes de terrorismes, le sujet reste naturellement au coeur des discussions, même pour les jeunes qui n'ont pas encore bénéficié de cours spécifiques. Beaucoup de questions se posent mais certains comme Dewi, élève en 1ère, exprime déjà quelques certitudes.

le fait de ne pas faire l'amalgame entre les musulmans et les terroristes





Les caricatures de Charlie Hebdo, c'était un peu poussé mais ils ne pensaient pas mal, c'était de l'humour, de la dérision




Le sujet va être évoqué dans les cours d'éducation civique. Au lendemain des attentats qui ont frappé la France, les professeurs, eux, se sont trouvés confrontés aux questions, à l’incompréhension, et parfois à la fronde d’élèves qui rejettent le mouvement "Je suis Charlie". Ils se retrouvent souvent seuls face à leurs élèves pour aborder le drame. Pour Dominique Gautier-Le Bronze, enseignant d'Histoire, il faut trouver du temps pour en parler.

Pour que les élèves comprennent, il faut un certain temps parce qu'ils n'ont pas tous les codes de la caricature et de la compréhension

Malheureusement la parole qui se libère, qui s'impose en cours, c'est la plus forte : la parole des extrêmes




C'est pourquoi, les enseignants souhaitent se faire davantage conseiller par leur ministère pour aborder la liberté d'expression et la caricature. Sur quelques sites, ils existent des ressources pédagogiques à disposition :
 - sur Educsol, le portail national des professionnels de l'éducation,
- sur le CLEMI, organisme chargé de l’éducation aux médias dans l’ensemble du système éducatif français
- l'édition spéciale du Petit Quotidien qui explique les attentats de manière pédagogique 


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
attentats de paris éducation société