• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Montfort-sur-Meu (35): le feu aux poubelles !

© France 3 Bretagne
© France 3 Bretagne

La révolte gronde à l'ouest de Rennes où les habitants des 65 communes rattachées au syndicat  mixte intercommunal de collecte et traitement des ordures ménagères Ouest-Ille-et-Vilaine doivent depuis le 1er janvier s'acquitter d'une redevance incitative basée sur le principe pollueur-payeur. 

Par Krystell Veillard

Depuis le 1er janvier, les habitants des 65 communes dépendantes du Smitcom Ouest-Ille-et-Vilaine doivent payer une redevance incitative pour le ramassage des poubelles. Une redevance destinée à inciter les habitants à produire moins d'ordures ménagères. Plus les ordures ménagères sont importants, plus la taxe est élevée.

Création de l'association "Nos très chères poubelles"


Cette redevance mécontente les habitants qui vont voir leur impôt grimper et pour certains de manière conséquente. Du coup, une association opposée à cette taxe, "Nos très chères poubelles" s'est constituée ce samedi à Montfort sur Meu. Une centaine de personnes se sont réunies pour la création du collectif NTCP, qui a bien l'intention de faire bouger les choses.

Un forfait pour un ramassage toutes les trois semaines


Ce nouveau système instaure un forfait de base avec 18 ramassages de poubelles par an, soit une levée toutes les trois semaines. Au delà de ce forfait, de 110€ par an pour un bac de 80 litres à 759€ pour celui de 660 litres, les prix peuvent s'envoler. Ainsi pour davantage de ramassages des poubelles, 26 levées par an (tous les 15 jours) ou 52 (une par semaine), la redevance peut atteindre de 870 à plus de 1700€ par an.

"Une redevance punitive et non incitative"


Devant la levée de boucliers des habitants, 15 communes des conseils communautaires de Montfort et de Guer avaient demandé le vote d'un moratoire, pour faire un essai avec un forfait de base de 26 ramassages par an. Mais le vote au Smictom, le 16 décembre dernier a rejeté cette proposition.
L'association refuse cette redevance punitive et non incitative dit-elle et qui pénalise les familles avec enfants. Son objectif, faire casser cette nouvelle redevance devant le tribunal administratif.


Le reportage à Bréal-sous-Montfort et Montfort-sur-Meu (35) d'Isabelle Rettig et Serge Lenauld

Le feu aux poubelles à Montfort (35)


Interviews
- Sylvie Blanchier, assistante maternelle
- Roland Gicquel, vice-président Montfort Communauté chargé de l'environnement
- Gwénaël Foucré, président du Collectif "Nos très chères poubelles"

A lire aussi

Sur le même sujet

Interview François Floret

Les + Lus