• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Homme augmenté : les projets bretons qui veulent doper nos capacités

Des flacons d'HEMO2life (projet de Hemarina), un transporteur d'oxygène représente une innovation dans le domaine de la préservation d’organe. / © Hemarina
Des flacons d'HEMO2life (projet de Hemarina), un transporteur d'oxygène représente une innovation dans le domaine de la préservation d’organe. / © Hemarina

Fabriquer du sang artificiel à partir de vers marins, contrôler des commandes uniquement par la pensée, voilà les recherches menées par des start-up bretonnes. Le magazine Industrie & technologies propose tout un dossier sur des projets scientifiques lancés partout en France.

Par Emilie Colin

Sur son site internet, le magazine Industrie & Technologies propose tout un dossier sur les 40 français qui veulent doper nos capacités. Leur constat ? Laboratoires, start-up, entreprises, associations, de plus en plus d'acteurs misent désormais sur les nouvelles technologies pour soigner le corps malade, contourner ou compenser les faiblesses du corps etc... Certains projets très prometteurs sont devenus réalité ou sont en passe de le devenir comme ceux de start-up bretonnes.  

Créer du sang artificiel à partir d'un vers marin

Cette découverte pourrait révolutionner la médecine. A Roscoff, des chercheurs dont Franck Zal (start-up Hemarina) misent sur un vers de sable, dont l'hémoglobine même si 250 fois plus petite que la nôtre, transporte 50 fois plus d'oxygène. Elle s'avère surtout extracellulaire et pourrait donc être transfusée à n'importe qui, sans se préoccuper des groupes sanguins. Dans la vidéo ci-dessous, il explique comment il a fait cette découverte. 

Comment un ver marin m’a révélé le secret du sang universel Franck Zal


Contrôler des commandes par la pensée 

La start-up rennaise Mensia Technologies est spécialisée dans les neurotechnologies et travaille sur une approche dite de "feedback". On luit doit notamment la mise au point de la plateforme OpenVibe qui permet, via le traitement en temps réel des signaux électroencéphalographiques (EEG), de contrôler des commandes par la pensée. A termes, les patients pourraient prendre conscience de leur activité cérébrale et agir sur certaines pathologies comme les troubles d’attention ou du sommeil.

A lire aussi

Sur le même sujet

Interview d'André Ollivro

Les + Lus