A la conquête du tour du monde à l'envers, sur un bateau recyclé

Publié le
Écrit par Céline Serrano (avec AFP)

Dès la première fenêtre météo ces prochains jours, Romain Pilliard et Alex Pella s'élanceront à la conquête du tour du monde à l'envers, 500 ans après Magellan, pour redonner vie à l'ancien trimaran d'Ellen McArthur et sortir du "tout jetable".

Ils sont prêts à en découdre !

Après analyse des derniers fichiers météo, Romain Pilliard et Alex Pella pourraient s’élancer mercredi 15 décembre vers leur tentative de Record du Tour du Monde à l’Envers à bord de Use It Again!, l’ancien trimaran d’Ellen MacArthur.

En 2005, la navigatrice avait battu le record du tour du monde "à l'endroit" à bord de ce trimaran de 23 mètres, précurseur de la classe Ultime.

Depuis, le record a été pulvérisé plusieurs fois, et le bateau, vite devenu obsolète, est resté des années à l'abandon.

La démonstration circulaire

En 2016, Romain Pilliard l'a racheté pour en faire une démonstration de l'économie circulaire, qui vise à limiter la consommation et le gaspillage en optimisant la production, l'usage et le recyclage des biens. Un thème auquel Ellen MacArthur, qui a quitté le monde de la voile, a elle-même choisi de consacrer sa vie avec sa fondation.

Baptisé "Use it again" (Réutilise-le), le bateau a été remis en état avec un souci constant de privilégier l'existant, le recyclé et le reconditionné. Ainsi, la plupart des voiles sont re-taillées dans des anciennes et la cabine est aménagée avec des carcasses de planches à voile.

Contre vents et courants dominants

Dans les tours du monde classiques, les bateaux foncent vers le cap de Bonne Espérance, font le tour de l'Antarctique et reviennent par le Cap Horn. Le grand trimaran blanc paré de bandes oranges va tenter de battre le record dans l'autre sens, contre les vents et les courants dominants.
      
Seule une poignée de skippers ont bouclé un tel tour. Le dernier à l'avoir réussi, et le plus rapide, c'est Jean-Luc Van Den Heede, en 122 jours en 2003.

Le dernier à l'avoir tenté, Yves Le Blevec, a chaviré au Cap Horn en 2017.

Une tentative inédite en tandem

Jusque là toutes ces tentatives de rotation inversée ont été menée en solitaire.

Romain Pilliard s'est choisi un partenaire de choix pour se mettre la tête à l'envers : Alex Pella, skipper espagnol au palmarès bien fourni, actuel détenteur du Trophée Jules Verne, le record du monde "à l'endroit", avalé en près de 41 jours en 2017 au sein de l'équipe de Francis Joyon.

Un périple symbolique

Ce périple est aussi l'occasion de commémorer les 500 ans de l'expédition de Magellan, qui était parti en septembre 1519 avec le projet de rejoindre les Moluques (archipel de l'actuelle Indonésie) par l'ouest, et dont le navire était revenu par l'est en septembre 1522, sans Magellan tué aux Philippines en 1521.

"Cette expédition a été la première expérience de mondialisation", explique Alex Pella. Et le périple de "Use it again" se veut un rappel à cette réalité: "on n'a qu'un océan, on n'a qu'une planète et on doit la préserver".

Une autre approche de la course

"On n'est pas dans les records en 40 jours, à pleine balle, sur le mode "ça passe ou ça casse", explique à Romain Pilliard.

Pour Alex Pella, "c'est une nouvelle approche. Pendant 20 ans, j'ai fait de la course au large à très haut niveau. Avec de grosses équipes, très pointues, dans la recherche de la performance pure. Là, c'est un truc différent ".

Stable et solide

L'aventure s'annonce longue et pénible, dans des conditions qui mettent le matériel à rude épreuve pendant plusieurs mois d'affilée.

Les deux skippers comptent beaucoup sur la solidité du trimaran, conçu par et pour Ellen McArthur, dans un souci de performance mais aussi de sécurité.      

Sur l'eau, le trimaran gronde et craque mais reste bien plus stable que les actuelles Formule 1 des mers qui lessivent leurs skippers comme dans le tambour d'une machine à laver.

"Les bateaux modernes sont un peu extrêmes, dès qu'ils se font un petit truc, ils rentrent aux stands. Nous, on se fait un peu mal, on se foule la cheville, mais on continue à courir ", explique Romain Pilliard.

Sur la ligne

Dans l’attente d’un passage en code vert, qui signifierait un départ dans les 24 heures, Romain Pilliard et Alex Pella vont convoyer, ce mardi 14 décembre, leur trimaran Use It Again! entre son port d’attache de La Trinité-sur-mer et Lorient.

La ligne de départ de ce tour du Monde à l’envers se situe entre le phare de Pen Men sur l’île de Groix et le phare de Kerroc’h à Lorient.

Au plus court, bateau et hommes devront parcourir 21 600 milles nautiques pour boucler leur périple.