Activités nautiques : la préfecture maritime rappelle les bonnes pratiques aux usagers imprudents

Erreurs de navigations, manque d'équipements, mauvaise application des procédures de sécurité en mer... En cette période estivale, trop d'usagers inexpérimentés multiplient les imprudences et sollicitent inutilement les secours. La Préfecture maritime de l'Atlantique lance un rappel à l'ordre.

Un treuilliste hélicoptère réceptionne une civière de la SNSM à bord d'un Caïman Marine en exercice
Un treuilliste hélicoptère réceptionne une civière de la SNSM à bord d'un Caïman Marine en exercice © Nicolas Fernandez / Marine Nationale / Défense
Ce weekend, dans la nuit du 11 au 12 juillet, les Centres Régionaux Opérationnels de Surveillance et de Sauvetage (CROSS) de Corsen et d'Etel en Bretagne ont été amenés à coordonner plusieurs opérations de sauvetage à Noirmoutier (Vendée), à Hoëdic (Morbihan), ou encore à Dinard (Ille-et-Vilaine).
 

Inexpérience, impréparation, et manque d'anticipation


À Noirmoutier, c'est un kayakiste qui n'a prévenu personne, ni de son départ ni de son horaire de retour.

À Hoëdic c'est une personne et son annexe signalée disparue sans qu'on en retrouve la trace; les recherches ont été suspendues.

Enfin à Dinard, c'est un kitesurfeur surpris par la nuit parti sans éclairage ni téléphone, que les secours n'ont pas pu localiser. Heureusement il est rentré de lui-même. Les services de secours demande à chaque pratiquant d'activité nautique de prévenir ses proches de ses intentions et de ses imprévus.
 
Heureusement, souvent sans conséquences humaines graves, ces opérations mobilisent parfois inutilement des moyens de sauvetage importants et coûteux. Des moyens de secours qui risquent alors de manquer pour d'autres personnes en péril.
Certaines personnes ne prennent même pas la peine de rappeler la gendarmerie ou le CROSS lorsque la personne recherchée rentre d'elle même à bon port.
 
 

Rappel des bonnes pratiques pour les usagers de la mer et du littoral


Pour la Préfecture Maritime, certaines de ces opérations auraient pu être évitées par une meilleure anticipation de la part des personnes secourues. Ainsi, elles ne disposaient pas nécessairement des moyens de communication adéquats (téléphone portable, VHF, dispositif lumineux), ou n'avaient pas prévenu leur entourage de leur heure estimée de retour, entraînant ainsi l'inquiétude et donc le déclenchement d'opérations de recherche. Dans tous les cas appeler le 196.
D'autre part, la bonne conduite de ces opérations a été rendue plus complexe par une mauvaise application des procédures de sécurité en mer (pas de contact initial du Cross à l'occasion d'une avarie, pas de veille du canal VHF d'alerte).

Enfin, la méconnaissance de l'environnement marin et l'expérience insuffisante des personnes a également entraîné des dysfonctionnements (erreurs manifestes de navigation, pannes de carburant, ruptures de mouillage) qui auraient pu avoir des conséquences significatives si les conditions en mer avaient été plus défavorables.
 
La Préfecture maritime de l'Atlantique rappelle l'importance d'adopter un comportement responsable basé sur l'anticipation, le respect strict des consignes de sécurité, et un principe de prudence indispensable dans un milieu marin où l'excès de confiance est un danger permanent.

C'est dans ce cadre que les Affaires maritimes et la Gendarmerie maritime ont mené ce 12 juillet des opérations de contrôles sur le littoral du Morbihan... Avec à la clé des PV et des rappels à la loi. 

Reportage Gilles Le Morvan/ Christophe Rousseau

 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
mer voile nautisme pêche loisir sécurité société loisirs sorties et loisirs
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter