Bretagne : le défi de l'emploi des plus de 50 ans

Fin septembre, le nombre de demandeurs d'emploi a baissé de 2,1 % en Bretagne par rapport au mois d'août. Mais les rangs de la catégorie d'âge "+ de 50 ans" ne cesse de grossir depuis des années. Difficile d'encourager l'emploi des seniors. Des dispositifs existent pourtant.

Par T.P. avec I.R.


Au 30 septembre 2016, 38 090 demandeurs d'emploi avaient plus de 50 ans en Bretagne, soit 25,59% des demandeurs d’emploi (148 840) en Bretagne. C'est 1,4% de plus que l’an passé. Un chiffre qui depuis quelques années ne cesse d’augmenter. Il a plus que doublé en 10 ans.
Evolution du nombre de demandeurs d'emploi de plus de 50 ans (Catégorie A) en Bretagne / © Direccte Bretagne
Evolution du nombre de demandeurs d'emploi de plus de 50 ans (Catégorie A) en Bretagne / © Direccte Bretagne

Les hommes (19 530) sont un peu plus nombreux que les femmes (18 560). 

Il faut noter aussi qu’un chômeur sur trois de longue durée est un senior. L’emploi des seniors est donc devenu l’une des priorités des pouvoirs publics.

Des renouvellements importants dans une vingtaine de professions

Selon une étude de l'Insee publiée en décembre 2014, les actifs de 50 ans ou plus représentaient 1/4 des emplois en Bretagne en 2009. Ils travaillent souvent dans l’administration publique, le commerce et réparation automobile, l’enseignement, la santé ou l’action sociale.
Les conclusions de l'étude démontraient qu'entre 2010 et 2020, les départs de fin de carrière concerneraient un tiers des actifs, les professions les plus impactées étant celles des services aux particuliers telles les assistantes maternelles, aides à domicile ou aides ménagères.
Une vingtaine de professions, en développement et à fort taux de retrait entre 2010 et 2020, présentaient alors des enjeux importants de renouvellement. Selon les situations, la formation et les mobilités professionnelles semblaient constituer des atouts pour de nouveaux collaborateurs pour ces métiers.


Des dispositifs d'aide à l'emploi

Depuis 2009 et l’arrivée de la loi pour l’emploi des seniors, les entreprises de plus 50 salariés sont tenues de maintenir ou de favoriser le retour a l’emploi des plus de 50 ans, sous peine de pénalités financières.

En mars 2013, sont créés les contrats de génération pour les PME. Pour l’embauche d’un jeune en CDI, elles s’engagent à maintenir ou à embaucher un salarié senior. Pour cela, elles reçoivent une aide financière de l'Etat (jusqu'à 1 000 € par trimestre sur 3 ans maximum). En Bretagne, au 30 juin dernier, un peu plus de 7 000 contrats avaient été signés, représentant 15 millions d’euros déboursés.
© France 3
© France 3

Mais a l’échelle nationale, ce dispositif est plutôt un échec. Sur les 500 000 emplois promis sur 4 ans, à peine 100 000 jeunes et seniors en ont bénéficié.

La formation, indispensable

A plus de 50 ans, il faut souvent accepter de changer de secteur professionnel pour rebondir, et donc se former à nouveau, un défi que tous les seniors ne sont pas prêts à relever. Des dispositifs de contrats aidés et de stage conventionnés avec Pôle Emploi peuvent permettre de passer le cap et ainsi convaincre les chefs d'entreprises récalcitrants.

En Bretagne, plusieurs partenaires se sont unis à la Région. Tout d’abord pour conseiller et orienter les seniors vers les formations les plus adaptées. Ont été mises en place notamment les formations compétences transverses seniors.
© France 3
© France 3

Les stagiaires peuvent ensuite accéder à des formations qualifiantes financées par la Région, Pôle Emploi et les partenaires sociaux. Le dispositif étant récent, il faut donc attendre encore un peu, pour savoir s'il est véritablement efficace.


A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus