• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Brexit : la Brittany Ferries navigue à vue

Le ferry Pont-Aven de la Brittany Ferries dans le port de Saint-Malo / © Jérémy Armand - France 3 Bretagne
Le ferry Pont-Aven de la Brittany Ferries dans le port de Saint-Malo / © Jérémy Armand - France 3 Bretagne

La compagnie bretonne craint une chute d'activité en raison de l'incertitude économique et des complications concrètes du divorce entre le Royaume-Uni et l'Union européenne, prévu pour le 29 mars.

Par Isabelle Rettig

C’est l’un des fleurons de la Brittany Ferries. En service depuis 2004, le Pont-Aven peut transporter 650 véhicules et 2400 passagers.

Plusieurs fois par semaine, le Pont Aven quitte le port de St Malo, direction Portsmouth. Lors d’une traversée courant février, nous avons pu constater que seulement quelques dizaines de personnes étaient à bord. Certes c'est la basse saison, mais les réservations pour 2019 accusent aussi une baisse notable par rapport à 2018.

"L’année 2019 est la première année de répercussion de la sortie du Royaume Uni de l’Union Européenne sur le trafic passager mais également sur le trafic de camions", confirme Jean-Marc Roué, président du conseil de surveillance de la Brittany Ferries.
 

2,5 millions de passagers par an


Saint-Malo - Portsmouth, Roscoff - Plymouth, ou Cherbourg – Poole : au total, la Brittany Ferries dessert 3 ports anglais au départ de 5 ports français et 2 ports espagnols. La compagnie bretonne transporte un peu plus de 2 millions et demi de passagers par an dont 85% de britanniques.

Parmi eux, il y a ceux que le Brexit inquiète, et les autres. Nous avons rencontré Keith et Doris Thomas. Ces Anglais voyagent beaucoup en Europe mais n'en restent pas moins de fervent défenseurs du Brexit.

"On veut continuer de voyager et on voyagera ! Parce que le Brexit ne changera rien, absolument rien", soutiennent-ils.

Ce qui pourrait changer, malgré tout, c’est le cours de la livre. En cas de chute brutale de la monnaie, les Britanniques pourraient être amenés a moins voyager et les finances de la compagnie s'en ressentiraient.


Les contrôles renforcés inquiètent la compagnie


Autre inquiétude pour la Brittany Ferries : le renforcement des contrôles douaniers. Car au-delà des passagers, elle transporte également beaucoup de fret et 5 millions de poids lourds par an.

La Brittany vient d'obtenir 52 millions d'euros du Royaume Uni pour doubler le transport de fret sur trois de ses lignes. La compagnie a d'ores et déjà renforcé ses liaisons vers l'Irlande et veut en faire autant avec l'Espagne pour pallier les éventuels effets du Brexit. Pour autant les liaisons transmanche restent sa priorité.

Deux nouveaux ferries sont en construction en Chine, le Galicia et le Salamanca : ils relieront l'Espagne au Royaume Uni. Quant à l’Honfleur, le tout premier  navire propulsé au gaz naturel, il sera mis en service à l'automne prochain sur la ligne la plus fréquentée entre Caen et Portsmouth


Un reportage d'Isabelle Rettig, Sandrine Ruaux et Alexis Guedes


Intervenants : Jean-Marc Roué, président du conseil de surveillance de la Brittany Ferries ; Keith et Doris Thomas, touristes britanniques ; Kate Smith, Britannique vivant en Bretagne ; Morvan Coïc, commandant du Pont-Aven.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Rapport violence prison de Vezin juin 2019

Les + Lus