Confinement : toujours plus d'excès de vitesse constatés sur les routes

Les routes peu fréquentées depuis le début du confinement donnent de mauvaises idées à certains automobilistes. Les gendarmes bretons constatent des excès de vitesse parfois très largement au dessus des limites autorisées. 

Confrontée aux mêmes problématiques de confinement et d'excès de vitesse, la Belgique a disposé des panneaux au bord de ses routes appelant les automobilistes à ne pas encombrer davantage les hôpitaux et à lever le pied.
Confrontée aux mêmes problématiques de confinement et d'excès de vitesse, la Belgique a disposé des panneaux au bord de ses routes appelant les automobilistes à ne pas encombrer davantage les hôpitaux et à lever le pied. © J.L. Flémal / Maxppp
Cinq permis retirés pour excès de vitesse, pour la seule journée de samedi, dans le Morbihan avec notamment un conducteur de deux-roues contrôlé à une vitesse de 173 km/h et 3 véhicules mesurés entre 170 et 173 km/h au lieu de 110 km/heure sur la RN 165.

Dix-huit excès de vitesse ont été relevés vendredi dans le Finistère, dont trois au dessus de 150 km/h au lieu de 110. En Ille-et-Vilaine, 163 km/h relevés pour 90 sur le secteur de Thorigné-Fouillard, au début du mois. 
 

Un certain "relâchement"


"Au cours des opérations de contrôle de flux routier opérées sur les routes du Morbihan durant le week-end de Pâques, il a été constaté un certain "relâchement" dans les comportements des usagers", note l'escadron départemental de sécurité routière du Morbihan.
Des grands axes quasiment déserts depuis le début du confinement... A l'évidence, quelques automobilistes trouvent cela bien tentant et appuient un peu trop sur le champignon.


Question de civisme


"La réduction notable du trafic routier met en exergue certains comportements irresponsables de conducteurs qui s'affranchissent des règles élémentaires de sécurité routière, notamment en circulant à des vitesses bien supérieures à celles imposées (...). Les services de soins, d'urgences et de secours n'ont pas besoin de voir arriver, en plus des personnes touchées par le virus, des polytraumatisés de la route. Là encore, il s'agit de civisme", constate de son côté le capitaine Fabrice Bourdiec, commandant l'Escadron de gendarmerie de sécurité routière d'Ille-et-Vilaine.
 

Plus facilement repérables


Mais attention ! Les axes vides permettent aussi de repérer plus facilement les contrevenants. "Les automobilistes ayant le pied lourd sur l'accélérateur ne sont pas forcément plus nombreux qu'en tant ordinaire, explique le commandant Anthony Jacquet, le commandant de l’Escadron départemental de sécurité routière du Finistère. Mais actuellement, ils sont bien plus visibles." 
En temps ordinaire, les fous du volant peuvent aussi être prévenus de la proximité d'un contrôle de police ou de gendarmerie par le biais d'appels de phares provenant d'autres automobilistes. "C'est moins le cas, en ce moment, avec la baisse du trafic. Idem avec les réseaux sociaux du type Coyotte qui sont pour ainsi dire en veille."
 

Effectifs renforcés pour les contrôles routiers


D'autant que les gendarmes sont plus nombreux au bord des routes. "50% de militaires supplémentaires déployés sur le terrain, dans le Finistère, puisque nous avons dû mettre entre parenthèses une partie de nos missions d'accueil en brigade pour respecter les mesures barrière".

"Notre mission, c'est de contrôler les flux, rappelle encore le commandant Jacquet. Cela inclut le respect du confinement mais aussi le respect du code de la route: la vitesse ainsi que le taux d'alcoolémie et l'usage de stupéfiants au volant."

Dans les quatre départements bretons, des contrôles quotidiens sont prévus sur les axes routiers. 


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société sécurité routière sécurité transports économie
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter