Coronavirus : la gendarmerie des Côtes d'Armor publie les perles des appels téléphoniques

On ne s'ennuie pas à la compagnie de gendarmerie des Côtes d'Armor où deux appels téléphoniques sur trois sont liés au coronavirus. Elle en publie un florilège que nous partageons avec vous.

Au centre opérationnel de la gendarmerie des Côtes-d'Armor, 2 appels sur 3 sont en lien avec le coronavirus.
Au centre opérationnel de la gendarmerie des Côtes-d'Armor, 2 appels sur 3 sont en lien avec le coronavirus. © Maxppp / A. Marchi

Depuis le début de la crise sanitaire le centre opérationnel et de renseignements de la gendarmerie des Côtes d'Armor (CORG 22) est particulièrement sollicité par des demandes diverses et variées. "À ce jour, sur un total de 12 048 appels, nous recensons 7 620 appels pour des demandes de renseignements liées à la crise sanitaire, soit 63% de l'activité téléphonique."

Parmi les sollicitations, un florilège d'appels quelque peu insolites, que le centre publie sur son profil facebook :

- "Monsieur demande si il peut dormir dans le même lit que madame..."
- "Madame contacte le CORG afin de savoir si les lignes téléphoniques sont confinées car elle souhaite appeler son fils."
 

" Risque de contamination car les enfants des voisins jouent dans le jardin"


- "Un usager signale un risque de contamination car les enfants de ses voisins jouent dans le jardin."
- "Mon couple va mal et nous n’arrêtons pas de nous disputer. Est ce que je peux quitter l’appartement pour retourner chez mes parents ? " ...
- "Je sais que je n’ai pas le droit de sortir avec le confinement mais m’autorisez vous à sortir quand même ? »
- " Est ce que je peux aller faire mon sport ? Quel sport monsieur ? Réponse : La pêche !"

Les opérateurs du CORG ne s'ennuient pas dans ce contexte particulier, ils répètent inlassablement le même message : RESTEZ CHEZ VOUS !

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société