Confinement voulu, confinement choisi : Alain Maignan nous livre son expérience de deux tours du monde en solitaire

Vivre pendant des mois confiné, seul, sur un bateau sans escale et sans assistance est un défi de taille. Entre confinement voulu et confinement choisi, quelles sont les similitudes, les différences ? Comment gérer le mental, le stress ? Alain Maignan nous livre son témoignage.
 


Le confinement nous l'avons vécu, parfois avec plus ou moins de difficultés. Alain Maignan, l'ancien facteur, l'a plusieurs fois vécu sur son Schouten. Seul sur son bateau pour deux tours du monde, la vague du confinement il connait. En 2006 il a bouclé un tour du monde seul, sans escale et sans assistance. En 2017 il décide de repartir pour un deuxième tour du monde dans le sens inverse d'est en ouest façon "Vendée Globe"

Alain Maignan s'est prêté au jeu des questions-réponses pour nous livrer son expérience.   


Confinement choisi et confinement voulu : similitudes et différences ?


Pour Alain Maignan, dans les deux cas, le plus difficile est de ne plus voir ses proches, ses amis. Il faut se fixer des objectifs chaque jour. Par exemple le rangement sur un bateau du coffre n°4 ou tout est en désordre et à la maison c'est l’armoire de la chambre. Il faut essayer de se nourrir à heure régulière, faire l’inventaire de ce qui manque en terme de nourriture.

Ce qui différe quand on part seul en solitaire à la voile ? Impossible de faire un peu de marche, ou d’appeler ses amis. Pour les distractions, pas d’internet, ni de télé à bord, donc pas de film.
 



Des habitudes prises pendant ses aventures en mer et qui perdurent ?


De façon générale les longs périples l'ont obligé à s’adapter. " On subit et on encaisse. Quand il y a du mauvais temps, la cuisine c’est aléatoire. On attrape un truc pour se caler l’estomac."
 

Maintenant je m’adapte à tout.


" Le fait d’être sur un bateau oblige à ranger : bricoleur sur le bateau comme à terre, je suis devenu plus strict et scrupuleux. "

 

Alain Maignan s’évade souvent par la pensée

 

Moins attentif au « petites choses qui font débat » autour de lui, Alain Maignan se laisse aller à ses pensées lors de conversations. 


Cela peut être parfois gênant pour l’interlocuteur.


" Dans mes balades à terre, si je me retrouve sur un site surplombant une vallée où je peux voir de grands espaces, je me retrouve directement dans les mers les plus éloignées de la terre, seul au monde. Chaque coucher de soleil à terre me replonge dans mes navigations lointaines. "

 

Dans les difficultés rencontrées, les moments de tension, comment gérer le mental et le stress ?


Ses expériences passées  lui ont été très utiles lors de ce confinement à terre. Lors de ses périples en mer, il fallait puiser au fond de soi : Les grands moments de tension, il fallait les résoudre seul. Souvent, je me suis dit que si on était deux ou trois équipiers on aurait pu avoir différents avis et être plus sûr de la bonne décision à prendre, car il ne faut pas se tromper. "
 

Le mental fait au moins 50% du travail et les muscles font le reste. 


" Chaque réparation, chaque solution trouvée étaient une victoire. Le stress, je le vois comme une appréhension de longue durée. Je l'ai connu lors de mon dernier tour du monde sur mon retour du Sud de l'Océan Atlantique jusqu'à la Trinité-sur-Mer, durant un mois et demi. Là, je pensais toujours à ma survie, la peur au ventre de perdre la quille ou que le voilier se fende en deux à tout moment suite au choc avec un OFNI (objet flottant non identifié ,ndlr) à 1200 km de Martel Plata ".
 

Ces expériences m'ont apporté la patience et la prudence. 

 


Quant au confinement due à la crise sanitaire du coronavirus, Alain Maignan tient à relativiser.
" Le confinement et le déconfinement ont été mis en place pour notre sécurité. Nous avons été mis à l'abri chez nous avec des provisions de nourriture, du chauffage, divers divertissements. Quoi de mieux pour sauver nos vies ? Malgré ces obligations, c'est 100 fois plus confortable qu'au large de l'Antarctique sur un voilier de 10m20."
 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
voile sport déconfinement mer nature portrait