Coronavirus : des CRS en renfort pour faire respecter les règles de confinement

Publié le Mis à jour le
Écrit par Valérie Chopin
CRS illustration
CRS illustration © Maxppp - PQR - M. Clémentz

Des compagnies de CRS viennent renforcer les effectifs en Bretagne. Michèle Kirry, la préfète de Bretagne et d’Ille-et-Vilaine l'a confirmé. A Rennes et Saint-Malo, l'objectif est de contrôler les déplacements et faire respecter les règles de confinement. Des sanctions seront prises.


"Une compagnie de CRS est ce mercredi mobilisée dans la ville de Rennes. Ce sera le cas ce week-end à Saint-Malo." A la demande de la Préfecture d'Ille-et-Vilaine, les effectifs de police sont donc renforcés dans ce contexte de crise épidémique.

Suite à l'allocution lundi soir du Président de la République, le gouvernement l'avait annoncé : à l'échelle nationale, 100.000 policiers et gendarmes seront mobilisés pour assurer la mise en place du plan de confinement décidée pour une durée de quinze jours minimum. Les mots de Christophe Castaner ont donc déjà des effets dans notre région.
 

Restrictions de déplacements


"Ces CRS sont mobilisés sur du contrôle de déplacements" précise la préfecture d'Ille-et-Vilaine. Entre 60 à 70 hommes supplémentaires vérifient donc que les conducteurs notamment, respectent les règles imposées en cette période de confinement.

"La logique est simple : moins il y a d’interactions humaines, moins le virus ne galope et se propage", justifait hier encore Michèle Kirry, la préfète d'Ille-et-Vilaine et de Bretagne à nos confrères de Ouest France.

 


Quelles sont les règles ?


Pour mémo, seuls certains déplacements sont en effet autorisés, il existe précisément cinq cas de figure :

1) Les trajets domicile - travail. Quand le télétravail n'est pas ou plus possible. Ces déplacements pour aller travailler nécessitent une attestation signée de l’employeur.

2) Les déplacements pour effectuer des achats de première nécessité sont aussi autorisés. Sachant que les magasins alimentaires, supermarchés et marchés restent ouverts durant ces quinze jours.

3) Vous pouvez aussi vous déplacer pour motif de santé (médecin, pharmacien...)

4) Seuls les "motifs familiaux impérieux" sont acceptés. Autrement dit, si et seulement si il s'agit d'aller porter assistance à des personnes vulnérables ou pour garder des enfants.

5) Enfin, les déplacements de courte durée et à proximité de votre domicile, liés par exemple, à l’activité physique sont autorisés, mais pas des pratiques sportives collectives !

Pour tous ces déplacements "exceptionnels", il faut remplir une attestation sur l’honneur. "En dehors de ces cas, on ne sort pas de chez soi. Le principe, c’est l’interdiction et en cas d’exception on doit être en mesure de fournir soit le justificatif", rappelle la préfecture.

 

En plus des patrouilles piétonnes mises en place dans les villes, l'unité de CRS déployée permet de multiplier les points de contrôle.

La violation des interdictions de se déplacer hors de son domicile, et/ou l'absence des documents justifiant d’un déplacement autorisé sont dorénavant punies d’une amende forfaitaire de 135 €. L’amende majorée s’élève à 375 €.


 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.