Coronavirus : les TGV médicalisés en provenance de Paris sont arrivés en Bretagne

Les deux trains médicalisés en provenance de Paris ont rejoint la Bretagne. Le premier, transportant 24 patients est arrivé vers 14h10 à Saint-Brieuc; le second avec 12 malades, quelques minutes plus tard, en gare de Rennes. Première évacuation de cette envergure pour l'Ile de France.

Les ambulances à la garde de Saint-Brieuc, prêtes à accueillir le train médicalisé
Les ambulances à la garde de Saint-Brieuc, prêtes à accueillir le train médicalisé © Catherine Bazille - France Télévisions

Un premier TGV, en provenance de la gare d'Austerlitz à Paris, est arrivé en gare de Saint-Brieuc à 14h10 ce mercredi 1er avril. Il assure le transfert de 24 patients des services surchargés de réanimation de la capitale. Huit ambulances attendaient les patients devant la gare. Les cinq premières sont parties rapidement pour rallier l'hôpital Yves Le Foll, les trois autres ont suivi quelques instants plus tard. Ce train parti ce matin à 11h12, transporte 24 malades, dont huit à destination de l'hôpital briochin. Dix seront accueillis à l'hôpital Morvan à Brest et six à l’Hôpital d’Instruction des Armées Clermont-Tonnerre à Brest également.
 
 
 Les ambulances prêtes à accueillir le TGV médicalisé en provenance de Paris
Les ambulances prêtes à accueillir le TGV médicalisé en provenance de Paris © Catherine Bazille - France Télévisions
 
Les ambulances quittent la gare pour rejoindre l'hôpital Yves Le Foll.
Les ambulances quittent la gare pour rejoindre l'hôpital Yves Le Foll. © Catherine Bazille - France Télévisions
Ces patients sont transférés vers les établissements bretons pour soulager les hôpitaux d'Ile-de-France, désormais région française la plus touchée par l'épidémie de Covid-19 avec un tiers des 3.523 décès enregistrés dans les hôpitaux. C'est la première évacuation de malades atteints du coronavirus de cette envergure en Ile-de-France, où les capacités dans les services de réanimation arrivent à saturation. Les 36 patients étaient en réanimation dans dix hôpitaux publics et privés de la région francilienne.
 

A Rennes, le second TGV médicalisé est arrivé peu avant 14h30. Il transportait 12 patients, qui ont tous été pris en charge en ambulance. Celles-ci ont pris la direction de l'hôpital Pontchaillou, au nord de la ville, encadrées par des motards de la police. Des ambulances, qui ont quitté la gare sous les applaudissements des voisins, sortis à leur balcon.
 
Des ambulances, qui ont rejoint le Samu de l'hôpital rennais.
 
Les ambulances sont sur le pont depuis le début de la crise, comme ce 1er avril, quand ils ont pris en charge les malades parisiens
Les ambulances sont sur le pont depuis le début de la crise, comme ce 1er avril, quand ils ont pris en charge les malades parisiens © Benoît Thibaut - France Télévisions
Les premières ambulances arrivent au Samu, à l'hôpital Pontchaillou à Rennes. Sur les douze patients accueillis à Rennes, huit sont atteints par le Covid-19, des patients "dans un état grave mais stable, ayant les capacités physiques de supporter le transfert", indiquent les médecins. Les quatre autres malades, qui n'ont pas le Covid-19, étaient hospitalisés en réanimation chirurgicale et leur transfert permet de libérer des lits, qui font tant défaut en région parisienne.
Les premières ambulances arrivent au Samu  - Hôpital Pontchaillou à Rennes
Les premières ambulances arrivent au Samu - Hôpital Pontchaillou à Rennes © Séverine Breton - France Télévisions

Les patients en provenance d'hôpitaux parisiens vont rejoindre le service de réanimation de Pontchaillou. A Rennes, "L'accueil de ces patients et le soutien des équipes du CHU a été possible car le CHU de Rennes n'est pas actuellement saturé", a indiqué l'établissement. Actuellement, "29 lits de réanimation sont occupés en incluant les 12 patients transférés sur 100 mobilisables".
 
Les patients en provenance de Paris, vont rejoindre le service de réanimation
Les patients en provenance de Paris, vont rejoindre le service de réanimation © Séverine Breton - France Télévisions
 

Lors d'une conférence de presse Stéphane Mulliez, le directeur de l'ARS Bretagne a tenu à saluer en particulier le travail des équipes médicales, mais aussi celles de la SNCF et des services de l'Etat qui ont rendu possible ces évacuations sanitaires. Il a également rappelé que la solidarité s'exerçait aussi dans l'autre sens et que 70 soignants bretons avaient rejoint la région parisienne en renfort des équipes sur place. Il a signalé encore qu'une plateforme opération #renforts-Covid avait été mise en oeuvre en Bretagne, pour les personnels de santé volontaires, étudiants, professionnels actifs ou retraités et que 1520 personnes y étaient inscrites à ce jour, infirmiers, médecins, brancardiers, pour venir en soutien aux établissements, là où il y a des besoins. 

Il n'est pas impossible que nous puissions poursuivre des évacuations sanitaires 


a déclaré le directeur de l'ARS, qui a rappelé que outre ces deux TGV, nous avons déjà accueilli le 25 mars dernier six patients, par transferts aéroportés dans le Finistère, à Brest et à Quimper. "Il y a un fort besoin de solidarité nationale pour pouvoir venir en appui aux régions les plus touchées par le Covid-19, les régions franciliennes et Grand-Est. Il n'est donc pas impossible que dans les prochains jours, on fasse à nouveau oeuvre de solidarité" a-t-il conclu.
 
Le premier TGV est reparti de Saint-Brieuc peu avant 15h pour rallier Brest, avec toujours 16 malades à son bord. Dix à destination de l'hôpital Morvan et six pour l’Hôpital d’Instruction des Armées.
 
Le TGV médicalisé, en provenance de Paris, quitte Saint-Brieuc pour rallier Brest.
Le TGV médicalisé, en provenance de Paris, quitte Saint-Brieuc pour rallier Brest. © Catherine Bazille - France Télévisions
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société sncf transports