Covid-19 en Bretagne : les médiateurs de lutte anti-Covid se déploient sur la région pour renforcer le dépistage

Depuis le 15 février, l'ARS Bretagne et les préfectures bretonnes déploient les médiateurs de lutte anti-Covid. Organisés en équipes mobiles, ils ont pour mission de renforcer localement les capacités de dépistage afin de rompre les chaînes de contamination. Ils devraient être 600 à terme. 

Des médiateurs anti-Covid déployés pour effectuer des missions ponctuelles de dépistage de la Covid-19. Ici à Loudéac (Côtes d'Armor)
Des médiateurs anti-Covid déployés pour effectuer des missions ponctuelles de dépistage de la Covid-19. Ici à Loudéac (Côtes d'Armor) © N. Corbard - FTV

"Je suis venu me faire tester avec mon fils au cas où" explique Sébastien, à l'entrée du centre de dépistage éphémère de ce 1er et 2 mars à l’hippodrome de Calouet à Loudéac, dans les Côtes d'Armor. "On a appris son existence et donc, même si on prend les précautions nécessaires et que l'on applique les gestes barrières, on a profité de l'occasion" ajoute ce père de famille venu avec son fils.

Comme lui, à la fin de cette journée du lundi 1er mars, ils seront environ 150 à être passés entre les mains des médiateurs de lutte anti-Covid. Décidée par l'ARS (Agence régionale de santé) et par la préfecture, l'intervention de ces médiateurs se veut rapide, souple et efficace. Ce type d'opération de dépistage ponctuelle se place dans le cadre de la stratégie nationale « Tester-Alerter-Protéger ».

 

Des équipes mobiles sur tout le territoire, à tout moment


À Loudéac, le taux d'incidence a grimpé à 232 ce vendredi 26 février [Le taux d'incidence est le rapport de personnes infectées par le coronavirus pour 100 000 habitants sur 7 jours, NDLR]. Le taux de positivité y atteint 9,7%, d'où le déploiement de ces nouveaux médiateurs de lutte anti-Covid, planifiés soit de manière programmées ou alors sans délai selon l’analyse de la situation épidémique locale. Des équipes mobiles qui peuvent intervenir sur toute la région et à tous moment, y compris les week-end et jours fériés.
 

Dans les Côtes d'Armor, l'intervention des médiateurs anti-Covid est gérée par la protection civile
Dans les Côtes d'Armor, l'intervention des médiateurs anti-Covid est gérée par la protection civile © N. Corbard - FTV

 

Briser la chaîne de contamination le plus vite possible


Formés préalablement plusieurs jours par l’École nationale des hautes études en santé publique, par la protection civile et les écoles d'infirmiers, ces médiateurs de lutte anti-Covid sont polyvalents. Ils s'occupent de l’accueil administratif des personnes à dépister, du prélèvement naso-pharyngé, de l’analyse des tests antigéniques et de délivrer des messages de prévention. Ils peuvent également orienter certains dépistés positifs vers une structure d’appui en cas d'isolement. Avec un professionnel de santé, ils peuvent également initier une démarche de contact-tracing.

Contrairement aux tests PCR, l'analyse des tests antigéniques pratiqués se fait directement sur place, pour une durée d’environ 15 minutes. Si le résultat s'avère positif, un test PCR est effectué pour confirmer. Ce résultat sera fourni ultérieurement à la personne testée.

Ainsi, ces équipes mobiles se veulent un outil supplémentaire dans la lutte contre l’épidémie. Elles permettent d’augmenter les capacités de dépistage en intervenant rapidement, au plus près des besoins et des lieux de vie (campus universitaire, grandes entreprises, lieux publics).
 

Eloïse Ladan, chef de projet des médiateurs anti-covid des Côtes d'Armor


D’ici la fin du mois de mars, l'ARS Bretagne annonce près de 600 médiateurs de lutte anti-Covid répartis en fonction des besoins au sein des territoires. Ces volontaires œuvrent sous la coupe de la Protection civile et l’Ordre de Malte dans le Finistère, l’Association française de la Croix rouge dans le Morbihan et la Protection civile dans les Côtes d’Armor et l’Ille-et-Vilaine.

Dans les Côtes d'Armor, ces médiateurs seront présents ce mercredi 3 mars à la salle omnisports de Merdrignac, de 10 h à 17 h et le vendredi 5 à Guerlédan de 10 h à 17 h, à la salle des fêtes.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société