État des lieux du sexisme en France : "le plus surprenant ce sont les matinales des radios" rapporte Danielle Bousquet

C'est une première en France. Un rapport vient d'être publié par le Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes, présidé par Danielle Bousquet ex-députée des Côtes-d'Armor. Il dresse un état des lieux du sexisme dans notre pays. 
EN 2017, des pancartes dénoncent des publicités jugées sexistes
EN 2017, des pancartes dénoncent des publicités jugées sexistes © IP3 PRESS/MAXPPP
"Un travail colossal" rapporte Danielle Bousquet lorsqu'elle évoque le rapport sur le sexisme, publié par le Haut Conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes. Ce rapport dresse pour la première fois en France un état des lieux sur le sexisme. Il fait suite à la loi relative à l’égalité et à la citoyenneté, promulguée en janvier 2017. 

Pour obtenir ces données, un travail a été réalisé avec d'autres organismes comme l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) qui fait des études de victimation chaque année, la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques des ministères sociaux (DREES), et le Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (CREDOC). Danielle Bousquet explique "nous leur avons demandé de rajouter des questions qui nous intéressaient, comme par exemple comment les jeunes perçoivent le sexisme dans des vidéos sur internet." 
 

On rit d'une fille, parce qu'elle est une fille (Danielle Bousquet)


"Le plus surprenant, ce sont les matinales radios"


Internet est une plateforme où s'affiche sans complexe le sexisme, c'est le constat établi par ce rapport. Des youtubeurs très plébiscités par les jeunes diffusent des messages sexistes indique Danielle Bousquet qui ajoute pourtant "les jeunes regardent mais ils ont conscience de ce sexisme. C'est intéressant et porteur d'espoir pour la nouvelle génération."

Autre constat : les matinales de radios dont le 7/9 de France Inter, RTL Matin, et celle d'Europe 1 qui à 70 % versent dans le sexisme dans leurs sketches. "Le matin, on se réveille avec des propos sexistes. C'est le quotidien des femmes, qui sont confrontées à des attitudes, des actes plus ou moins graves, souvent sur le ton de la plaisanterie." souligne t-elle. 
 

Sensibiliser, est-ce suffisant ? 


"C'est une idéologie qui pèse lourd sur notre société, les pouvoirs publics doivent prendre les choses en main, faire une étude plus détaillée et mesurer la tolérance des gens." Sensibiliser oui, former encore plus, insiste Danielle Bousquet "Il faut donner des outils aux métiers qui sont prescripteurs de sexisme comme les médias ou les organismes culturels. "

Il faut aussi "former la police, la justice, la gendarmerie, des corps de métiers qui reçoivent les femmes et qui ne prennent pas encore la mesure du sexisme. Plus il y aura de plaintes, plus il y aura de sanctions, plus on verra émerger une prise de conscience sur le sexisme."

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique femmes société