En Avant Guingamp : le président Bertrand Desplat veut faire rimer prudence et ambition

La crise sanitaire a lourdement impacté le football français. Occasion de faire le point avec Bertrand Desplat, le président de l'En Avant Guingamp. Un club de Ligue 2 qui manoeuvre avec prudence et ne semble rien renier de ses ambitions...
 

Le président de l'En Avant Guingamp engagé sur le front des droits TV, plaide pour une plus grande équité
Le président de l'En Avant Guingamp engagé sur le front des droits TV, plaide pour une plus grande équité © Photo PQR/Ouest France / Philipe Renault / MaxPPP
"Comme une partie de l'économie française, le football est totalement à l'arrêt depuis le 15 mars... pour un club comme Guingamp cela représente une perte sèche de près de 4 millions d'euros", Bertrand Desplat mesure l'étendue des dégâts sans détour et se projette déjà dans une saison dont les contours ne sont pas clairement définis : "pour l'heure une date de reprise est posée mais rien n'est encore acté. Nous sommes tous suspendus à l'arbitrage du gouvernement et peut-être même que nous devrons commencer la saison à huis-clos". 


Mesures sanitaires dans les stades


"Si nous devons faire respecter des règles de distanciation sociale dans nos stades... nous le ferons et je compte sur le professionnalisme de nos équipes pour la mise en oeuvre. Nous sommes légalistes et on s'adaptera aux consignes qui nous seront données". Si les enceintes sportives se retrouvent amputées d'une partie de leur public ce ne sera pas sans conséquence pour les finances des clubs professionnels. La billetterie représente en moyenne 11 % des budgets. Sur le sujet, Bertrand Desplat préfère évoquer la politique qu'il entend conduire pour privilégier les abonnés de l'EAG. "Nous avons la chance, tout en étant en Ligue 2, d'avoir encore 5500 abonnés. Nous sommes en train de réfléchir à la meilleure solution pour leur proposer une offre claire et au prorata de ce qu'ils pourront voir". Il est vrai qu'à Guingamp le rapport tissé avec le public des fidèles n'est pas négociable. On le mesure chaque fois que l'on entre au Roudourou en contemplant le mur des Kalons qui confère au club un statut comme nul autre.
 

Droits TV : le sujet qui fâche


Mais à Guingamp, plus que les consignes sanitaires qui seront imposées, il est un sujet qui irrite particulièrement le président Desplat, c'est le mode de répartition à venir des droits TV. Une enveloppe globale qui passerait de 800 millions d'euros à 1,3 milliard et qui semble avoir largement ouvert l’appétit des plus gros pensionnaires de Ligue 1. Le Conseil d’administration de la Ligue aurait reconsidéré son mode de répartition en plafonnant à 110 millions d'euros la part octroyée à la Ligue 2.
 

Une balle dans le pied


En pourcentage, la Ligue 2 qui disposait de 12,4 % de la part du gâteau, devrait désormais se contenter de 8,4 %. "C'est un mauvais calcul pour les plus gros clubs de Ligue 1 qui ne mesurent pas l'importance de l'échelon inférieur. Nos clubs sont des viviers importants en terme de formation et participe à un maillage essentiel sur l'ensemble du territoire. Ne pas vouloir en prendre conscience, c'est se tirer une balle dans le pied", martèle celui qui prendra part, le 20 juin prochain, à une nouvelle médiation au siège de la Fédération Française de Football. Il sera aux côtés de ses homologues du Paris FC et de l'AJ Auxerre, face à trois autres présidents de clubs de l'élite. Une réunion de la dernière chance "pour que tout le monde retrouve ses esprits et que l'équité soit respectée".
 

Des comptes au vert et de l'ambition


À Guingamp, au sortir d'une saison amputée par une crise sans précédent, on trouve encore des motifs de satisfaction : "Certes nous avons souffert, mais cette année encore le club va présenter des comptes à l'équilibre. Dans une ville de 7000 habitants, on doit gérer en bon père de famille... Ici on travaille dans un esprit de coopérative où sont associés les petits patrons de notre territoire... On avance prudemment sans avoir à vendre les bijoux de famille en cas de coup dur comme cette saison. Etre prudent ne nous empêche pas d'être ambitieux pour la saison à venir. Nous venons de restructurer l'encadrement sportif avec les arrivées de Xavier Gravelaine et Fred Bompart. Nous avons déjà officialisé l'arrivée de Paul Georges Ntep, un garçon qui a été international et qui devrait trouver chez nous l'ambiance idéale pour se relancer... Notre recrutement ne vas pas s'arrêter là et on aura peut-être, compte tenu du climat général, l'occasion d'attirer à nous des recrues d'expérience ou prometteuses... notre souhait restant de retrouver la Ligue 1 le plus vite possible".
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
football sport coronavirus santé société ligue 2 eag en-avant guingamp
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter