• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

L1: Guingamp grappille un bon point contre Nantes

La joie de Marc-aurèle Caillard ( Guingamp ) qui vient d'arrêter le pénalty Nantais / © PHOTOPQRLE TELEGRAMMEMAXPPP
La joie de Marc-aurèle Caillard ( Guingamp ) qui vient d'arrêter le pénalty Nantais / © PHOTOPQRLE TELEGRAMMEMAXPPP

Guingamp a pris un point précieux contre Nantes (0-0), qui a raté un penalty dans le temps additionnel, dimanche, pour la 27e journée de Ligue1.
 

Par Avec AFP

Les défaites de Caen et de Dijon permettent à l'En-Avant, toujours dernier de Ligue 1, de revenir à un point de ces deux équipes et d'entrevoir une possibilité de maintien.
           
Nantes reste, quant à lui, un bien anonyme 14e de L1 avec 31 unités.
 

Les Canaris sont pourtant passé tout près d'un succès qui n'aurait rien eu de mérité quand l'arbitre Ruddy Buquet a sifflé un penalty bien sévère après une main de Felix Eboa Eboa qui venait au duel avec Valentin Rongier.
           
Heureusement pour Guingamp, Marc-Aurèle Caillard, qui a déjà fait gagner trois séances de tirs au but à Guingamp cette saison en Coupe de la Ligue (Angers, Nice, Monaco), a détourné la frappe de Rongier.
 

Ça aurait été très injuste de perdre
           

Un épilogue plutôt moral car les Rouge et Noir ne méritaient pas de perdre.  "Compte tenu de la physionomie du match, c'est un point de pris. Ça aurait été très injuste de perdre parce qu'on a eu les meilleurs intentions de jeu, on a été dynamiques et on a bien déplacé le jeu" a déclaré Jocelyn Gourvennec à l'issue du match.

Vahid Halilhodzic n'aime pas qu'on le qualifie d'entraîneur défensif. Il s'est pourtant donné beaucoup de mal, dimanche, pour nourrir cette réputation.
           
Aligner sept joueurs à vocation défensive, en comptant Valentin Rongier et Samuel Moutoussamy comme des "offensifs", quand on va chez la lanterne rouge privée de son principal atout offensif, Marcus Thuram (7 buts, une passe décisif), ça vous classe un coach.
 

Le récit du match

           
Guingamp étant notoirement en manque de confiance en phase offensive, avec 4 buts inscrits seulement en 2019, la première période a été d'un ennui insondable et la seconde, bien que plus dynamique, tout aussi pauvre en actions.
           
Seule une volée spectaculaire de Nicolas Bénézet à six mètres des buts adverses, mais au-dessus de la barre, a procuré un semblant de frisson (43) lors du premier acte.
           
Beaucoup trop imprécis dans les passes pour espérer créer des brèches dans la défense regroupée des Canaris, l'En-Avant s'est créé très peu de possibilités.
           
Ludovic Blas a bien contraint Tatarusanu à un arrêt en deux temps après une frappe puissant de vingt-deux mètres (48e), les Bretons n'ont pas réussi à forcer le destin.
           
Nantes, qui a fini par se projeter en plus grand nombre après la pause, n'a eu que quelques timides tentatives par Charles Traoré (54e) ou René Krhin (89e).
           
Mercredi, contre l'AS Vitré (National 2) en quart de finale de la Coupe de France, à Laval, il faudra montrer un tout autre visage pour obtenir le redoutable honneur de défier le Paris SG au Parc en demie.
 

Sur le même sujet

Rencontre avec Jean Hourmant en 2015

Les + Lus