Ligue 1 : Guingamp se relance contre Strasbourg (2-0)

Diallo et Ikoko célèbrant leur victoire face à Strasbourg, dimanche 28 août. / © Philippe Renault
Diallo et Ikoko célèbrant leur victoire face à Strasbourg, dimanche 28 août. / © Philippe Renault

Après deux défaites consécutives, Guingamp s'est relancé (2-0) contre une équipe de Strasbourg bien malheureuse, qui a buté trois fois sur les montants bretons, dimanche 27 août, lors de la 4e journée de L1.

Par AFP

Avec sa victoire contre Strasbourg, dimanche 27 août au stade du Roudourou, l'En-Avant double son total de points et grimpe provisoirement à la 8e place alors que le Racing, bloqué à quatre unités, redescend au 13e rang.

Même si l'En Avant réussit à garder sa cage inviolée pour la première fois de la saison, il faut bien reconnaître que ce succès long à se dessiner a été obtenu contre le cours du jeu face à des Alsaciens beaucoup plus séduisants. Le capitaine Jimmy Briand a encore fait oublier ses 32 ans, impliqué sur l'action du premier but et à la conclusion du second.

La réussite en seconde période


C'est d'ailleurs le Racing qui a porté la première estocade par Jean-Eudes Aholou, d'une frappe aux vingt mètres qui heurta le poteau gauche de Karl-Johan Johnsson (5'). Idriss Saadi, contré à deux reprises par Christophe Kerbrat (16', 20') et trop emprunté dans la surface pour éviter le retour de Jonathan Martins Pereira (48'), a ensuite eu de belles occasions.

Mais c'est surtout Martin Terrier, en expédiant une frappe puissante sur le poteau de Johnsson, qui fit frissonner le Roudourou (51'). Le portier suédois fut enfin tout aussi heureux sur une tentative lointaine d'Ihsan Sacko, cette fois renvoyée par sa barre transversale (56').

Les Alsaciens regretteront longtemps cette infortune car quelques minutes plus tard. Moustapha Diallo, bien servi par Jordan Ikoko après un gros travail de Jimmy Briand, a ouvert la marque d'un coup de tête (1-0, 63'). En fin de match, Briand, servi par Nicolas Benezet (2-0, 87'), parvenait même à donner un peu plus de panache à un succès qui masque mal le manque de justesse technique et les attaques souvent désordonnées.

Sur le même sujet

Pauline Kerscaven sur le plateau de Bali Breizh

Les + Lus