Octogénaire tuée à Pabu (22) : la piste d'un crime familial privilégiée

Publié le Mis à jour le

Une femme de 87 ans a été retrouvée sans vie ce vendredi matin dans sa maison à Pabu, près de Guingamp (22). Le corps de l'octogénaire porte plusieurs traces de coups à l'arme blanche. La piste d'un meurtre familial est privilégiée par les enquêteurs.

Une femme de 87 ans a été retrouvée morte à son domicile, rue Alexandre Lédan, à Pabu (22), près de Guingamp ce vendredi matin. C'est une voisine inquiète de voir les lumières allumées et la porte de la maison ouverte, qui a prévenu les gendarmes, vers 6H20. Selon le procureur de la république de Saint-Brieuc, Yvette Le Poulennec, "la victime présentait de nombreuses plaies par arme blanche sur le corps". 


Selon le parquet, il n'y a pas de traces d'effraction sur place, ni de désordre particulier dans la maison. Dans un communiqué, le procureur indique que le mobile crapuleux du meurtre ne paraissant pas résulter des premières constatations, "les enquêteurs exploitent activement la piste de relations proches et de familiers de la victime."

Une femme très appréciée dans la région de Guingamp


Cette femme de 87 ans vivait seule. Ancienne infirmière à Paris, s'étant retirée dans sa région d'origine, Yvette Le Poulennec s'était activement impliquée dans la vie de sa commune et était appréciée de la population. Elle était très connue dans la région de Guingamp, où elle a été présidente du club du 3ème âge de Pabu, le club des Ajoncs d'Or, qu'elle fréquentait régulièrement. La veille de son décès, elle avait d'ailleurs participé à la réunion bi mensuelle du club.