Projet d'accueil de réfugiés à Callac. Deux nouvelles manifestations s'opposent

Publié le
Écrit par Thierry Peigné .

Le projet d'accueil de réfugiés à Callac ne cesse d'opposer les conceptions différentes d'accueil des migrants. Comme il y a un mois et demi, un millier de manifestants se sont réunis ce samedi 5 novembre en deux camps dans la petite ville des Côtes d'Armor. Quelques échauffourées ont éclaté en milieu d'après-midi.

"600 manifestants d'un côté et autant de l'autre" nous a répondu la préfecture des Côtes d'Armor lorsqu'on lui a demandé son évaluation du nombre de personnes réunies à Callac pour ou contre le projet Horizon. Un projet qui a pour vocation d'intégrer des réfugiés politiques dans la vie de la commune.

"On est chez nous"

Les opposants au projet avaient décidé de se retrouver à 14h30 devant la mairie de Callac. C'est en brandissant une banderole "Grand rassemblement - Immigration" avec en dessous écrit "Référendum" et en scandant "On est chez nous" que les opposants au projet ont manifesté.

La manifestation était à l’initiative de l’association Les Amis de Callac et ses environs. Elle avait le soutien du parti Reconquête ! d’Éric Zemmour, comme lors du premier acte de la mobilisation le 17 septembre. Les manifestants, dont des sympathisants de partis et mouvements d’extrême droite et identitaires, étaient venus de la région et de bien plus loin, comme de Vendée. Gilbert Collard, président de la Ligue du Midi, président d’honneur de Reconquête ! et député européen avait fait le déplacement. Plusieurs prises de paroles se sont succédé.



 

Une Bretagne ouverte et solidaire

A quelques centaines de mètres du rassemblement des opposants, plusieurs centaines de personnes avaient répondues à l'appel de syndicats, de partis et d'associations de gauche comme la CGT, le PCF, Solidaires, ou encore la France Insoumis. Ils entendent encourager une Bretagne ouverte et accueillante et tiennent à dénoncer les idées xénophobes des opposants. Ils s'étaient réunis dès midi pour un pique-nique revendicatif.

Comme le 17 septembre, plusieurs élus, dont la sénatrice socialiste Annie Le Houérou avaient tenus à être présents.

Des forces de l'ordre en nombre et des échauffourées

Vers 15h, plusieurs dizaines de contre-manifestants fascistes, munis de fumigènes, ont décidé de rejoindre la place de la mairie pour aller au contact des opposants au projet.

La préfecture des Côtes d'Armor avait déployé dans la commune 200 représentants des forces de l’ordre dont un escadron de gendarmes mobiles en prévision de confrontation violentes.

Vers 15h30, des projectiles ont été lancés en direction des forces de l’ordre qui avaient stoppé le cortège. Les gendarmes ont fait usage de jets de gaz lacrymogène. Une situation qui a duré près d'une heure. 

A la veille de cette journée de manifestation, le préfet des Côtes d'Armor avait tenu à préciser dans un communiqué que "l’accueil des réfugiés est de la responsabilité de l’État". Ajoutant que "le projet Horizon est une initiative privée portée par le fonds de dotation Merci et le préfet a demandé à ses responsables qu’ils se coordonnent avec les actions conduites par l’État".  

Quand à l’organisation d’un référendum local sur le projet Horizon, demandée pas les opposants, le préfet a tenu à rappeler que la démarche "serait illégale (...) une telle consultation étant encadrée par le code général des collectivités territoriales".

Qu'est-ce que le projet Horizon ?

Faciliter l'intégration de réfugiés par le travail et revitaliser un territoire rural en perte d'habitant. Tel est l'objectif du projet "Horizon" initié à Callac par le fonds de dotation Merci et appuyé par la mairie.

Malgré 18% de chômeurs dans cette commune rurale de 2.400 habitants, "on a listé 70 à 75 emplois non pourvus, du mécanicien au maçon ou même au médecin" expliquait le maire, Jean-Yves Rolland.

L'idée est d'accompagner, sur plusieurs années, quelques dizaines de personnes d'origine étrangère auxquelles l'Etat français "a accordé le statut de réfugié politique et qui bénéficient à ce titre d'une autorisation de séjour de dix ans" précise le maire de Callac. Ces personnes ont des compétences et "c'est de l'insertion par l'emploi".

A l'origine du projet, une fondation familiale, le fonds de dotation Merci créé en 2009 pour des actions de solidarité. Le village "Horizon", dont Callac devrait constituer le prototype avant une dizaine d'autres est le dernier projet de cette fondation.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité