Lannion : 50 cas de contamination au Covid-19 confirmés après une campagne de tests

Tout est parti d’un cas, le 1er mai. Celui d'une patiente hospitalisée au sein du service de gériatrie de l'hôpital de Lannion. Depuis, près de 500 tests ont été menés. Ils ont démontré que 50 personnes ont été contaminées par le coronavirus. La prudence est toujours de mise.
 
Le variant détecté à l'hôpital de Lannion ne serait pas plus contagieux ni plus sévère que d'autres variants, selon l'ARS
Le variant détecté à l'hôpital de Lannion ne serait pas plus contagieux ni plus sévère que d'autres variants, selon l'ARS © Catherine Bazille/France Télévisions

L'information a été confirmée ce mercredi matin par la préfecture des Côtes d'Armor et l'Agence régionale de santé qui ont tenu un point presse ce 13 mai, à Lannion, dans les Côtes d'Armor.

Le chiffre annoncé la veille de 46 contaminations a été actualisé : 50 personnes ont été signalées "positives au Covid-19" après une campagne massive de tests. Plus de 500 tests menés dans le centre hospitalier, mais aussi dans trois Ehpad de la ville, dans une structure d'aide à domicile mais aussi au sein de deux services de soins de suite, dont celui de Trestel sur la commune de Trévou-Tréguignec. Des services aujourd'hui fermés aux nouvelles admissions.
 
Des cas ont été détectés dans le Centre de rééducation et de réadaptation fonctionnelles de Trestel (Trévou-Treguignec, dans les Côtes d'Armor).
Des cas ont été détectés dans le Centre de rééducation et de réadaptation fonctionnelles de Trestel (Trévou-Treguignec, dans les Côtes d'Armor). © C. Bazille / France Télévisions
 

27 professionnels et 23 patients


Tout est parti le 1er mai d'un signalement d'une patiente du service gériatrie de l'hôpital de Lannion. Il s'agit donc d'une "infection nosocomiale" pour reprendre les termes de la direction, puisqu'elle s'est propagée dans le cadre hospitalier. 

Au total : 50 personnes ont été identifiées "positives", 27 professionnels et 23 patients. Toutes sont soit hospitalisées soit confinées. En ville, évidemment cela fait beaucoup parler.
 
   

Le virus s'est-il propagé au-delà du cercle hospitalier ? La prudence est de mise pour l'instant, cela fait moins de quatorze jours que le premier cas a été détecté. Compte tenu des délais d'incubation, il faut donc encore attendre quelques jours pour s'assurer que ce foyer de contamination a été circonscrit à temps.

En attendant, direction et ARS n'ont eu de cesse de répéter ces trois mots ce matin : "tracer, tester, isoler". Les cas détectés sont suivis de près, et pour l'instant, aucun de leurs proches n'ont été testés.

 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société