• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Plan social d'Alcatel-Lucent : suppression de 54 postes à Lannion

Le site de Nokia (Alcatel-Lucent) à Lannion (Côtes d'Armor) / © France 3 Bretagne - F. Leroy
Le site de Nokia (Alcatel-Lucent) à Lannion (Côtes d'Armor) / © France 3 Bretagne - F. Leroy

Un plan social portant sur 408 postes a été présenté ce jeudi 24 janvier aux représentants du personnel d'Alcatel-Lucent, filiale de l'équipementier télécom finlandais Nokia. Le site de Lannion (Côtes-d'Armor) devrait être amputé de 54 postes.

Par Thierry Peigné (avec AFP)


Ce plan de sauvegarde de l'emploi (PSE), présenté au comité social et économique central (CSEC), prévoit la suppression de 354 postes à Nozay (Essonne) et 54 postes à Lannion, a précisé la CFDT, premier syndicat chez Alcatel-Lucent.

La direction justifie cette nouvelle restructuration "par les résultats 2016, 2017 et de début 2018" alors que les résultats annuels 2018 sont attendus le 31 janvier, a ajouté le représentant de la CFDT, Pascal Guihéneuf. "On a précipité les choses pour justifier le PSE", a-t-il estimé. Nokia avait annoncé le 15 janvier la suppression de 460 postes en France dans sa filiale Alcatel-Lucent en 2019 et 2020, dans le cadre du nouveau plan mondial de réduction des coûts annoncé en octobre. La plupart des activités et fonctions centrales sont concernées, avait indiqué le groupe.


54 postes supprimés à Lannion

Sur le site Nokia de Lannion, qui emploie 800 personnes environ, 54 des 270 postes que comptent les fonctions support de l'établissement sont concernés par ce PSE. Le reste des emplois concernant la recherche et développement ne sont pas impactés par le plan.
 

Peu de volontaires à un départ volontaire

Dans le cadre du PSE présenté, la direction fait référence à un "appel au volontariat". Pour autant, elle "n'exclut pas forcément des départs contraints", a observé le repésentant de la CFDT.

À Lannion, les responsables syndicaux sont très sceptiques sur le nombre de salariés volontaires au départ. Même si une personne s'est déjà fait connaître pour quitter l'entreprise, la majorité des personnels concernés ne seraient pas prêt à quitter l'entreprise, selon les syndicats. Peu de salariés seraient proche de la retraite et de nombreux employés sont arrivés depuis peu dans les Côtes d'Armor, en provenance d'autres implantations du groupe, suite aux plans sociaux précédents.
 

Le reportage à Lannion (22) de Fabrice Leroy, Jean-Marc Seigner et Alexis Guedes

Interviews : Jacques Godineau, secrétaire CSE Nokia Lannion - Stéphane Duhil, élu CFDT Nokia Lannion
 

Un plan de plus

Rachetée par le finlandais début 2016, Alcatel-Lucent a déjà été visée par deux plans de restructuration, en mai 2016 (-400 postes) et octobre 2017 (-450 poste).

Les syndicats craignent que ce PSE ne soit qu'un plan de plus à venir. Selon eux, "Nokia cherche à se séparer de tous ses emplois supports sur ses sites de l'Europe de l'ouest, vers des pays où les salaires sont plus bas tels que le Portugal et la Hongrie".

Les responsables syndicaux devraient connaître la répartition précise des services concernés ce jeudi après-midi. Ils la dévoileront ce vendredi matin à l'ensemble du personnel.
 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Eugénie Le sommer, star bretonne du foot

Les + Lus