Les Numériques d’Yffiniac : un lieu de création, de rencontre et d’échange dédié au digital

Dans les Côtes-d’Armor, Les Numériques d’Yffiniac est une association, un lieu dédié à la culture numérique. Pour mener à bien leurs objectifs et s’équiper en matériel, un appel à financement participatif a été lancé par ses fondateurs.

Tournage d’une vidéo pour une chaîne Youtube dédiée aux Pokémon.
Tournage d’une vidéo pour une chaîne Youtube dédiée aux Pokémon.

Partager sa passion pour tout ce qui touche à la culture numérique, rendre accessible l’informatique au plus grand nombre est un projet que Nicolas Maine a longtemps mûri avant de pouvoir le concrétiser.

"Il y a 6 ans, j’étais animateur dans une MJC à Saint-Brieuc. C’est quelque chose que j’ai pu tester auprès des jeunes" explique-t-il. "Ensuite, j’ai travaillé dans d’autres domaines toujours dans le milieu informatique, mais j’attendais de trouver l’occasion, des gens motivés pour me lancer"

L'informatique, c'est tellement mieux à plusieurs

Ce soutien, Nicolas Maine va le trouver à une dizaine de kilomètres à peine de Saint-Brieuc. À Yffiniac, petite commune d’un peu plus de 5 000 habitants. Au mois de janvier 2020, il crée l’association Les Numériques d’Yffiniac

Situé en plein centre-ville, un local est gracieusement loué par la municipalité pour que les jeunes puissent venir jouer, mais aussi être accompagnés pour mener des projets numériques. Nicolas Maine veut en faire un lieu de rencontres et d’échanges, bien loin des clichés qui collent à l’univers numérique.
 

L’image du jeune qui reste enfermé chez lui, à jouer derrière son ordinateur, date d’il y a 20 ans. Partager, monter des projets à plusieurs, c’est tellement mieux. Et c’est ça qu’on veut mettre en avant.

Nicolas Maine


Moyennant une cotisation annuelle de 15 euros par an, les adhérents peuvent bénéficier d’un studio d’enregistrement vidéo entièrement équipé, d’une bibliothèque, de consoles de jeux, de simulateurs de conduite "les mêmes que ceux qu’utilisent les champions de F1", de lunettes de réalité virtuelle, et d’une imprimante 3D.  "L’idée, par exemple, c’est de permettre à quelqu’un qui a cassé le bouchon de sa tondeuse et que ce bouchon est introuvable dans le commerce, de venir. Avec les cotes, on va pouvoir en fabriquer un autre et ainsi, il pourra à nouveau utiliser sa tondeuse."

Des équipes e-sports

L’association a également comme objectif de se lancer dans la compétition. "L’e-sport se développe beaucoup en France. Beaucoup de compétitions de jeux vidéos sont organisées dans des salles dédiées. Nous, on vise les compétions en équipe. Dans un premier temps, offrir du coaching et la possibilité de venir s’entraîner, et par la suite, organiser des rencontres ou participer à des compétitions ailleurs en France en réussissant à bien se classer", projette Nicolas Maine.
 

Séance de jeux vidéo en attendant la création de la première équipe d’e-sports à Yffiniac.
Séance de jeux vidéo en attendant la création de la première équipe d’e-sports à Yffiniac.


Pour atteindre ses ambitions, un appel au financement participatif a été lancé sur le site kengo.bzh. "Pour ce qui est des compétitions, on va commencer avec des jeux sur téléphone mobile. Mais pour les jeux vidéo en PC, on manque d’ordinateurs "

1 130 € ont, à ce jour, été collectés. L’association en espère 6 500 €. "Tout le monde peut aider, les particuliers comme les entreprises et artisans locaux à qui on propose d’être nos partenaires", précise son président.

Le numérique pour tous

Forte d’une dizaine d’adhérents, les inscriptions ne sont possibles que depuis une semaine, Les Numériques d’Yffiniac devraient profiter des vacances pour voir les demandes affluer. Même, si pour le moment, l’association ne peut accueillir plus de cinq personnes à la fois en raison des mesures liées à l’épidémie de Covid. 

Des ateliers de montage vidéo, de retouche de photos, d’initiation à l' informatique seront également proposés pour un public moins expérimenté. "C’est ce qui est bien avec le numérique, c’est un média qui est assez ouvert et qui offre plein d’activités", observe Nicoals Maine.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
jeu vidéo culture réseaux sociaux société économie numérique