Relancer l'usine de masques à Plaintel : pas une priorité pour le gouvernement

Publié le Mis à jour le
Écrit par Jean-Marc Seigner

Rouvrir l'usine de masques de protection de Plaintel, c'est le projet soutenu par la Région, le département des Cotes-d'Armor et l’agglomération de Saint-Brieuc... mais le gouvernement n'en fait pas une priorité.



L'usine de masques de Plaintel renaîtra t-elle de ses cendres ? C'est la question que l'on est en droit de se poser. Vendredi 17 avril, lors de l'examen de la Loi de finances rectificative, Marc Le Fur député des Côtes d'Armor a interpellé Agnès Pannier-Runacher. 



La secrétaire d'Etat auprès du Ministre de l'économie et des finances a pointé d'importantes réserves sur la faisabilité du projet, ajoutant que la production de masques sur le territoire était en passe d'atteindre "les 40 millions de masques par mois" avec la perspective de rapidement doubler ce chiffre.



"Le dossier reste sur la table"



Pour Marc Le Fur, difficile, voire impossible de se passer de l'Etat sur ce dossier : "J'ai regretté que la représentante du gouvernement ferme la porte... je reste convaincu que nous devons retrouver très vite nos propres moyens de production de masques, la crise que nous rencontrons est là pour nous le rappeler". 

Et le parlementaire d'ajouter :"Le dossier reste sur la table, il a le soutien de la région, du département et de l'agglomération... mais rien ne sera possible sans une garantie de la France pour l'accompagner".



Même analyse chez Alain Cadec, le président du Conseil départemental des Côtes d'Armor qui regrette "l’ambiguïté" de la réponse de la ministre. "C'est un projet qui a retenu l'attention de toutes les collectivités. Reste à définir un modèle économique viable". 

 



La France dépendante de ses approvisionnements



La viabilité du projet c'est l'obsession de Jean-Jacques Fuan. Celui qui fut directeur du site de Plaintel, s'active depuis des semaines pour que renaisse une unité de production sur le bassin de Saint-Brieuc. "Il faut un business plan solide qui fixe des perspectives bien au delà de la crise que nous traversons. L'analyse de la secrétaire d'Etat n'est pas sans fondement mais peut-être pas assez globale. Elle évoque dans son intervention des capacités de productions qui répondent à l'urgence mais qui reviendront sans doute vers leur cœur de métier une fois la crise passée" (NDLR plusieurs groupes industriels se sont reconvertis dans la fabrication de masques).

 

Le porteur de projet reste optimiste mais prudent : "Le confinement actuel ne nous aide pas... pour que nous avancions sur le dossier. Mais je reste convaincu qu'il faut envisager un projet qui soit suffisamment agile pour pouvoir répondre aux commandes intérieures comme à l'export... La France doit tirer des enseignements de l'épidémie et limiter la dépendance qui est la sienne aujourd'hui dans ses approvisionnements". La formule s'impose : affaire à suivre !

 
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité