Algues vertes en baie de Saint-Brieuc : la diffusion des relevés d'hydrogène sulfuré fait polémique

Publié le Mis à jour le

Depuis 2020, plusieurs capteurs ont été installés dans la Baie de Saint-Brieuc, à l’initiative de Saint-Brieuc Armor Agglomération, afin de mesurer le taux d’hydrogène sulfuré dans l’air. Des associations environnementales demandent à ce que les relevés soient rendus publics, ce que refuse la collectivité.

Les échouages massifs d'algues vertes sur le littoral entrainent suite à leur putréfaction, l'émission d'hydrogène sulfuré (H2S), un gaz mortel. La baie de Saint-Brieuc est particulièrement concernée par le phénomène et en 2020 des capteurs ont été mis en place à plusieurs endroits, afin de mesurer la concentration de ce gaz dans l'air.

Aujourd'hui, associations et collectivités sont en désaccord sur la diffusion ou non au public de ces informations.

Les associations appellent à plus de transparence

D'un côté il y a les associations environnementales, Halte aux marées vertes, mais aussi Eau et Rivières de Bretagne. La première a envoyé ce 18 janvier 2022 une lettre ouverte au président de Saint-Brieuc Armor Agglomération, Ronan Kerdraon pour demander une meilleure information, avec "la publication sans délai de la totalité des résultats des mesures d’hydrogène sulfuré par Air Breizh en 2021 et l’engagement que les résultats de mesures 2022 soient  accessibles sur le site d’Air Breizh au jour le jour, ainsi que dans la mairies concernées."  

Eau et Rivières de Bretagne au mois de juillet dernier, lançait également un appel à plus de transparence : "Les résultats des analyses doivent être rendus publics, les données accessibles immédiatement. La population a le droit de savoir." écrivait Philippe Derouillon-Roisné pour l'association dans un communiqué.

"Interprétation compliquée de ces données brutes"

Et puis de l'autre côté, Saint-Brieuc Armor Agglomération, qui avait demandé la mise en place de ces capteurs en 2020 à l'association Air Breizh, avec un financement de l'ARS, mais qui refuse de rendre publics les résultats de façon quotidienne, comme le demande les associations.

Dans un communiqué ce vendredi, elle se défend, arguant que "la mise en place d'un réseau d'alerte est du ressort de l'Etat et dépasse largement ses compétences techniques, administratives et géographiques."

Et puis surtout la collectivité insiste sur le fait que l'interprétation de ces données brutes, partielles et publiées en cours de saison, est compliquée.

Ça ne sert à rien de publier des données brutes. Une grille de lecture est nécessaire pour les interpréter, et il faut pouvoir le faire sur la durée.

Ronan Kerdraon, président de Saint-Brieuc Armor Agglomération

En clair, la publication des données doit s'accompagner d'un guide d'interprétation "Sans consolidation et interprétation, ces données ne sont pas exploitables en l'état, indique le communiqué. En effet leur interprétation varient en fonction de l'environnement, des conditions du milieu et de la nature des algues, entre autres. Aussi, seule la publication d'un rapport définitif le permet."

Un bilan complet au mois de février prochain

C'est pourquoi  nous a précisé Ronan Kerdraon, "nous publierons un bilan de la saison avec les données complètes et consolidées au mois de février". Les communes devraient recevoir ce rapport le 4 février prochain.

Et puis précise encore l'agglomération, "Si demain un guide officiel, permettant la publication quotidienne des données nous est fourni, nous n'aurons plus d'objection à l'information en temps réel."

Publication du bilan de l'appel lancé aux médecins par l'ARS

Au mois de juillet au vu de concentrations élevées d'H2S aux abords de la plage d'Hillion, dans la baie de Saint-Brieuc, l'Agence régionale de Santé appelait les médecins du secteur à signaler tout cas de patient venant consulter pour des nausées, céphalées, irritations oculaires, malaises ou encore arythmies cardiaques, pour des situations d'exposition à l'hydrogène sulfuré.

Aujourd'hui Haltes aux marées vertes demande la publication de ce bilan, suite à l'appel lancé aux médecins par l'ARS.

L'association environnementale demande enfin la réalisation d’une campagne de mesure de l’ammoniac sur la plage de l’Hôtellerie à Hillion.