Baie de Saint-Brieuc : reprise sous conditions des travaux du champ éolien

Le navire de forage Aeolus, à la manœuvre dans la réalisation du parc éolien en baie de Saint-Brieuc et à l'origine d'une fuite d'huile mi-juin, va pouvoir reprendre ses travaux mais sous conditions.
L'Aeolus, navire en charge des travaux préparatoires avait rejeté de l'huile en mer, en baie de Saint-Brieuc
L'Aeolus, navire en charge des travaux préparatoires avait rejeté de l'huile en mer, en baie de Saint-Brieuc © Marine Nationale


Le 14 juin dernier, alors qu’il effectuait un forage dans la baie de Saint Brieuc, le navire d'installation offshore Aeolus avait déclaré aux autorités maritimes une fuite d’huile de 170 litres. Celle-ci avait provoqué une pollution sous forme d'une irisation de plusieurs kilomètres de long en baie de Saint-Brieuc. 

Suite à cet accident, le navire de forage avait regagné son port d'attache de Cherbourg pour des réparations et des vérifications. "Des optimisations techniques" ont été réalisées, indiquait le 12 juillet la société Ailes Marines, en charge des travaux. Le bateau est de retour sur zone et devrait pouvoir reprendre dès ce vendredi 16 juillet les forages. Sa présence provoque la colère des opposants et des pêcheurs du secteur.
 

 

Une reprise des forages sous conditions

Ce mercredi, un nouvel arrêté du préfet maritime, qui entre en vigueur ce vendredi, "restreint dans un premier temps la reprise des travaux du navire d'installation offshore Aeolus aux seules positions les plus nord de la concession". Selon la préfecture maritime, Ailes Marines "se porte garant des opérations correctrices apportées à l'Aeolus et a affrété le TSM Penzer, en soutien supplémentaire au chantier"

La préfecture maritime a par ailleurs demandé à Ailes Marines de réaliser des exercices pour être capable "de circonscrire et traiter immédiatement toute éventuelle nouvelle fuite d'huile hydraulique". Un premier exercice de lutte antipollution s'est déroulé dans le port de Cherbourg mardi, sous le regard d'experts de la Marine nationale. 

Certaines communes du littoral et des pêcheurs du secteur sont fortement opposés au projet de parc éolien. Les pêcheurs craignent les effets des travaux sur les fonds marins pour les poissons et les coquillages et les méfaits des éoliennes sur la pêche. Le 7 mai dernier, plusieurs dizaines de bateaux avaient encerclé l'Aeolus pour dénoncer le début des travaux. 

Le parc éolien en mer de Saint-Brieuc doit être érigé à 16,3 kilomètres au large des côtes bretonnes. D'une capacité totale de 496 MW, avec 62 éoliennes, il est prévu pour produire 1.820 GWh par an selon son promoteur, Ailes Marines. Sa mise en service est envisagée fin 2023.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
éolien énergie environnement pêche économie