CARTE. Pour vos sorties vacances en famille, 17 sites touristiques à (re)découvrir à l'aube ou au crépuscule

Publié le
Écrit par Lauryane Arzel
durée de la vidéo : 00h02mn17s
17 sites culturels et naturels sont ouverts au public pendant les Minutes bleues. ©F.Lerot, C.Bazille et P-Y. Cheval

Jusqu'à ce samedi 4 novembre 2023, les sites touristiques des Côtes-d'Armor se dévoilent sous une nouvelle lumière, celle des Minutes bleues. Cette opération revient pour sa deuxième édition et ouvre les portes des monuments costarmoricains aux visiteurs, à l'aube ou au crépuscule.

Ce soir-là, les visiteurs déambulent dans le château de Quintin, sous une lumière bleutée, avec les explications de Florence de Bagneux, copropriétaire des lieux. Entre jeux de patience, jeux d'adresse et de société, c'est une très bonne occasion d'apprendre en s'amusant, mais aussi en redécouvrant le site du XVIIIe siècle sous un nouveau jour.

Attirer les touristes en profitant du changement d'heure

Le château de Quintin est un des 17 sites ouverts aux visites aux Minutes bleues. À ces 17 sites s'ajoutent aussi cinq offices de tourisme. Jusqu'au 4 novembre 2023, les curieux pourront découvrir les monuments costarmoricains sous un jour inédit, dans les premières lueurs de l'aube ou aux dernières lumières du jour.

La période, marquée par le passage à l'heure d'hiver, est d'ailleurs propice à la (re)découverte de lieux parfois méconnus. "À Halloween, on est sur une lumière plus stabilisée, plus propice à ce genre de visites", souligne Florence de Bagneux, copropriétaire du château. Pour elle, les Minutes bleues sont aussi une opportunité pour proposer des animations inédites et attirer de nouveaux visiteurs. "On est ouvert déjà toute l’année, les Minutes bleues nous permettent d’avoir une communication différente autour de cette période, disons un peu délicate", détaille-t-elle. "On veut amener d’autres publics et aussi faire que les gens reviennent nous voir."

On ressent une envie de tous les sites participants, de vouloir proposer des visites différentes.

Florence de Bagneux

Co-propriétaire du château de Quintin

LIRE : Tourisme. Fréquentation en hausse et professionnels plutôt satisfaits. Bonne saison 2023 pour la Bretagne

Relancer le tourisme en basse-saison

Lors de la première édition en 2022, huit sites avaient accueilli 900 visiteurs en six jours, avec un taux de remplissage de 88%. Cette année, l'offre est encore plus variée pour des publics de tous âges. Près de 1 500 places sont proposées à la visite mais certains événements affichent déjà complet.

À l'aquarium des Curieux de nature, à Belle-Isle-en-Terre, les visiteurs pourront enfiler pour quelques heures le costume d'aquabiologiste. Au programme, dès 8h30 ce mardi 31 octobre, le réveil des poissons d'eau douce et la préparation de leur repas. Les visiteurs pourront aussi partir sur les traces d'un autre animal, la loutre d'Europe, le jeudi 2 novembre à 16 heures.

Autre panoplie disponible, celle de l'explorateur Pierre Loti, ce mardi 31 octobre à 15h30. Au centre de découverte maritime Milmarin à Ploubazlanec, petits et grands pourront embarquer aux côtés de l'explorateur et en profiter pour écrire leur propre journal de bord.

Le patrimoine naturel occupe lui aussi une belle place dans le programme d'animations proposées. Dans les dernières lueurs du jour, la Côte de Granit rose attend les randonneurs le vendredi 3 novembre à partir de 17 heures

De nombreuses visites sont encore ouvertes à la vente, surtout les vendredi 3 et samedi 4 novembre. Les visiteurs pourront alors écouter, à la tombée de la nuit, des légendes bretonnes dans la Vallée des Saints de Carnoët, apprendre la boulangerie au Château de la Hunaudaye à Plédéliac ou prendre le petit-déjeuner au château de Dinan.

(Avec Fabrice Leroy)

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité