Eolien en baie de Saint-Brieuc. Nouvelles tentatives du comité des pêches pour interdire l'accès de l'Aelous au chantier

Le Comité départemental des pêches des Côtes d’Armor a déposé deux recours devant le tribunal administratif de Rennes pour interdire l’accès du navire Aeolus au chantier du parc éolien marin dans la baie de Saint-Brieuc.

Nouvelles actions du comité des pêches des Côtes d’Armor dans son bras de fer contre l’installation d’un parc éolien en baie de Saint-Brieuc. Dans un communiqué, il annonce avoir saisi le tribunal administratif de Rennes de deux recours le 24 septembre. L’un des recours pour excès de pouvoir et un référé suspension, dont l'audience se tiendra le 7 octobre.

Demande d'interdiction du navire Aeolus sur le chantier du parc éolien

Ces deux recours demandent respectivement la suspension puis l’annulation de l’arrêté du préfet maritime de l’Atlantique autorisant le navire Aeolus à se rendre sur le chantier du parc éolien marin dans la baie de Saint-Brieuc.

"Le navire Aeolus, en charge du forage, a en effet déjà subi deux fuites de liquide hydraulique en moins de deux mois, et cela alors même que le navire avait été réparé entre temps. Aujourd’hui il peine à forer, notamment car les sols rocheux sont plus durs qu’initialement prévu par Ailes Marines. C’est pourtant lors d’opérations de forage que les fuites ont eu lieu. Malgré les risques de fuite de l’Aeolus, il est encore autorisé à se rendre sur le chantier et à forer, en violation de la Charte de l’environnement et du principe de précaution", argumentent les requérants.

Début de la saison de la coquille Saint-Jacques lundi 4 octobre

Ils soulignent que l’urgence, condition nécessaire en matière de référé-suspension, est d’autant plus caractérisée que la saison de la pêche de la coquille Saint-Jacques commence le lundi 4 octobre.
"Or il serait inacceptable que le navire Aeolus ne soit pas immobilisé pendant cette période très importante pour le secteur de la pêche compte tenu des très graves risques mentionnés", conclut le communiqué des avocats du comité des pêches.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
éolien énergie environnement justice société pêche économie