La stèle des Justes vandalisée à Trémel : "Un acte intolérable "

La stèle en l’honneur de Marie-Yvonne et Guillaume-Louis Le Quéré, nommés "Justes parmi les nations" pour avoir accueilli et caché des membres des familles Lévy et Kaufman, a été vandalisée, dans la nuit du 16 au 17 septembre, à Trémel.
 
La stèle a été cassée et a disparu, selon Cécile Auriac, maire de Trémel, dans les Côtes d'Armor.

Elle avait été installée au hameau d'Uzel en janvier dernier, sur la route départementale 42, à l'endroit du temple où Marie-Yvonne et Guillaume-Louis Le Quéré avaient caché des membres des familles Lévy et Kaufman, lors la Seconde Guerre mondiale. 

Marie-Yvonne et Guillaume-Louis Le Quéré, avaient été nommés "Justes parmi les nations" en 2017. 

Ce monument situé à Uzel, a été inauguré en janvier à l’endroit même où cette action de courage et de bravoure s’est déroulée durant la Seconde Guerre mondiale" , rappelle Cécile Auriac, maire.
 

"Un acte intolérable qui rappelle la nécessité impérieuse du devoir de mémoire".

Cécile Auriac, maire de Trémel


Jointe au téléphone, la maire explique que la commune de Trémel va poursuivre ce combat contre toutes les tentatives d’effacer la mémoire de l’Histoire en restaurant dans les meilleurs délais ce monument "avec le concours du centre Yad Vashem et des descendants des familles Le Quéré et Lévy".

Un enquête est en cours.

Le 2 juillet 2017, une de nos équipes avait assisté à la remise de la médaille des Justes à titre posthume, à Marie-Yvonne et Guillaume-Louis Le Quéré. 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
histoire culture police société sécurité politique seconde guerre mondiale