Crise sanitaire. Les séjours découverte de l'UBAPAR menacés

L'Union Bretonne pour l'Animation des Pays Ruraux tire la sonnette d'alarme. Une partie de son activité est menacée. Les séjours éducatifs dédiés à l'environnement n'accueillent en effet plus de public, contraints par les règles sanitaires et la frilosité des institutions. 

Habituellement l'UBAPAR propose des séjours éducatifs, une activité à l'arrêt à cause de l'épidémie. Ici au centre Les Landes de Monteneuf, dans le Morbihan, avant la pandémie
Habituellement l'UBAPAR propose des séjours éducatifs, une activité à l'arrêt à cause de l'épidémie. Ici au centre Les Landes de Monteneuf, dans le Morbihan, avant la pandémie © DR

"Nos centres d'éducation à l'environnement sont en danger. Si cela ne redémarre pas en 2021, c'est fini." Riwanon An Habask, déléguée régionale de L'Union Bretonne pour l'Animation des Pays Ruraux (UBAPAR), s'inquiète des conséquences de la crise sanitaire.

Parmi ses activités, l'association sensibilise à l'environnement, via des séjours éducatifs. La Bretagne compte sept lieu d'accueil (avec hébergement et restauration), en milieu rural ou en bord de mer. "Ce sont des structures qui fonctionnent à l'année, avec une forte affluence de mars à octobre, pour tous les publics, enfants, personnes en situation de handicap..."

En mars, toutes les classes découvertes ont été annulées. Puis ensuite, ça a été "l'hécatombe", raconte Riwanon An Habask. Pas facile de conjuguer avec le protocole sanitaire, "avec la possibilité de s'adapter ou non aux contraintes en fonction de la configuration des espaces intérieurs et extérieurs." Ajouter à cela "l'appel aux partenaires eux aussi concernés par les restrictions (centres nautiques, grimpe d'arbre, campings fermés ou ouverts...)." Depuis le deuxième confinement, les centres qui contiennent tous une partie restauration voient portes closes. 

Les sorties scolaires sont autorisées, mais en local on voit bien que c'est déconseillé. Les départs ne sont plus favorisés dans les écoles


Pour une relance des sorties


"Nous avons eu des aides exceptionnelles en 2020. Là on reporte pour 2021 mais nous n'avons aucun engagement ferme, d'aucune structure. Si nous avons encore des annulations au dernier moment, avec une année à trou, ça ne fonctionnera pas. Sans engagement, nous n'avons pas de trésorerie. Les salariés comme les animateurs sont au chômage partiel depuis huit mois, ils vont finir par aller ailleurs." 

Le centre de Sarzeau a fait les frais de cette crise et fermé ses portes totalement. Il pourrait rouvrir l'été prochain, s'il peut cumuler deux mois d'activité d'affilée mininum. 

Avec d'autres structures comme le Réseau d'Education à l'environnement en Bretagne, l'Union Nationale des Acteurs du Tourisme, Nautisme en Bretagne, Eau et Rivières en Bretagne, l'UBAPAR lancent un appel pour la reprise des classes découverte, des séjours. "Nous avons écrit à la Région aux députés", ajoute Riwanon An Habask. Elle espère des mesures de protection, "le temps que la crise passe."

L'enjeu est de taille, insiste-t-elle, "car ces activités rayonnent sur le territoire, en faisant appel à d'autres acteurs locaux."


L'UBAPAR, c'est quoi


L'UBAPAR est une association d'éducation populaire qui existe depuis 40 ans et dont les activités se répartissent sur les 5 départements bretons. Elle regroupe 40 associations adhérentes (avec 250 salariés) qui proposent de l'animation territoriale, de la culture, des loisirs. Elle dispense aussi des formations BAFA, BAFD (diplômes de l'animation), des formations professionnelles et bénévoles en éducation à l'environnement et au numérique. Enfin, elle coordonne des colonies de vacances en Gallo et en Breton. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
loisirs sorties et loisirs culture bretonne culture culture régionale jeunesse société famille éducation coronavirus/covid-19 santé emploi économie