Débat d’entre deux tours : ce qu’ont dit JY Le Drian, M.Le Fur et G. Pennelle

Publié le Mis à jour le

France 3 organisait le premier face à Face entre Jean-Yves Le Drian, Marc le Fur et Gilles Pennelle. Environnement, crise agricole, aménagement du territoire : le débat d’entre tours est lancé.

« Je me présente à Mr le Drian, puisque nous ne sous connaissons pas bien : je serai le président de la véritable opposition au conseil régional ». Gilles Pennelle a évacué de cette manière la question de la « non-campagne » de Jean-Yves Le Drian, à qui Marc Le Fur a donné du « monsieur le ministre » durant l'ensemble du débat.

Jean-Yves Le Drian s’est présenté à nouveau comme le « rassembleur » de tous les bretons, comptant dans sa liste déjà nombre d’écologistes et de régionalistes, ce qui explique son refus d’alliances avec les écologistes entre les deux tours, malgré l’accord national. « Un peu ça va, beaucoup c'est trop, comme disait ma grand-mère » a-t-il ironisé sur le plateau.
durée de la vidéo: 01 min 37
JY Le Drian et les écologistes

L’agroalimentaire et l’agriculture

« Nous avons perdu nos centres de décision » a regretté Marc le Fur, évoquant le succès mouvement coopératif de la Bretagne des années 60. Depuis, la Bretagne est entrée en crise : « il y a eu plus de 1000 salariés licenciés » rappelle Gilles Pennelle, « et ce que je continue d’appeler l’UMPS n’a rien vu venir. Nous, si ».
durée de la vidéo: 02 min 57
JY le Drian et G.Pennelle sur l'agroalimentaire

« Quatre entreprises agroalimentaires sont entrées en crise après ma nomination à la Défense. Je suis allé chercher des investisseurs en Arabie Saoudite, et depuis Gad va mieux » se défend jean-Yves Le Drian.

Pour Marc le Fur, l’agriculture est l’ADN de la Bretagne. « Il faut défendre ceux qui ont des projets. Je suis au côté des jeunes agriculteurs. On ne peut pas financer des associations qui leur font des procès, il faut être cohérent » a-t-il réitéré, faisant allusion à son intention de couper les subventions à l'association Eaux et Rivières de Bretagne.
durée de la vidéo: 00 min 42
Marc el Fur et les subventions environnementales


Migrants

« La Bretagne a une capacité d’intégration. Cela demande aussi des efforts de la part de ceux qui arrivent » a estimé Marc le Fur. Le débat est revenu sur la question des migrants, et la réaction dans le village de Sérent à l’annonce de leur arrivée.

« Nous n'avons pas les moyens d'accueillir les migrants dans des villages. Il faut réserver les logements, le travail aux Français » a estimé Gilles Pennelle, revenant les la polémique entourant l’imam de Brest sur laquelle Marc Le Fur a répondu.
durée de la vidéo: 02 min 48
Le débat sur les migrants


La LGV

Nous aiderons les primo-accédants à la priorité. Il faut faire porter l'effort sur l'ouest. Le chantier du TGV doit être prolongé au delà de Rennes

Marc Le Fur

Aujourd'hui personne ne peut financer la LGV jusqu'à Brest. C'est un mensonge. Il faut mettre la priorité sur le réseau secondaire breton


Gilles Pennelle

Il y a sur la RN 164 220 millions d'euros de prévus. Sur le TER, il y a eu autant d'investissement de la région que pour le TGV


Jean-Yves Le Drian


La Bretagne a 5 départements


Marc le Fur est un fervent défenseur de la Bretagne à 5 départements, « tout les candidats de ma liste ont signé un engagement écrit » a-t-il précisé, regrettant que « monsieur le ministre » n’ai pas posé les bonnes questions aux gouvernements.
« La question c’était la fusion des régions. Je me suis opposé à ce que j’ai appelé le grand ouest mou » a répondu jean-Yves Le Drian. « Ensuite, la question de la réunification doit être posée à la Loire-Atlantique ».

Gilles Pennelle est sur ce point d’accord avec Jean-Yves Le Drian, et souhaite « un référendum ».