Déconfinement : la grande attente des parcs de loisirs et des zoo

Alors que les premières étapes du déconfinement s'annoncent pour le 11 mai, les parcs et jardins vont progressivement rouvrir leurs grilles. Les parcs de loisirs et les zoo restent dans l'expectative. Leurs fédérations professionnelles militent pour une ouverture au 2 juin.

© France Télévisions

Ils font partie de l'offre touristique de notre région : les châteaux, les parcs de loisirs, les aquariums, les parcs zoologiques... Grands et petits, ils sont tous fermés au public depuis le 17 mars. Le déconfinement s'annonce pour le 11 mai, pour certains parcs et jardins seulement, pour d'autres il faudra attendre encore un peu. 

Le Syndicat national des espaces de loisirs, d'attractions et culturels (SNELAC) et l'Association des demeures et monuments historiques privés (DH) font entendre leurs arguments auprès du gourvernement. Olivier de Lorgeril est membre du conseil d'administration du premier, et président de l'autre.

"Réglementairement, aujourd'hui, j'ai toute autorisation à réouvrir les jardins et le zoo dès le 11 mai" nous affirme Olivier de Lorgeril. Outre ses fonctions représentatives, il gère le parc zoologique et le château du Domaine de la Bourbansais, entre Rennes et Saint-Malo. Sauf qu'il n'ouvrira pas dès le 11 mai. Explication.
 

Le 11 mai, oui mais...


Pour l'heure, c'est la valse des dates tant que le gouvernement n'a pas évalué favorablement la décrue de l'épidémie, pour chaque activité, dans chaque secteur, pour telle couleur de département, et selon tel cadre légal. La loi d'urgence sanitaire court jusqu'au 24 mai, mais d'ici au 7 mai elle sera probablement prorogée jusqu'au 24 juillet.

"Ce cadre légal offre au gouvernement la possibilité d'adapter ses décrets. Personnellement, et avec les syndicats auxquels j'appartiens, je milite pour une réouverture le 2 juin, le temps qu'on organise dans de bonnes conditions sanitaires l'accueil du public". Olivier de Lorgeril est pragmatique, mais ferme.

"On laisse passer les gros weekends de la Pentecôte et de l'Ascension, qui sont souvent des records d'affluence pour nous. Mais il faut être raisonnable, prendre le temps d'organiser les parcours, transformer le restaurant en snack à emporter... Par contre, le 2 juin on y va vraiment, pour lancer pleinement la saison." 
 

"Le 2 juin, il faut passer du "on interdit tout sauf..." à "on autorise tout, sauf..." - Olivier de Lorgeril

© Zoo de la Bourbansais
 

Le grand manège des dates


Pour les parcs de loisirs, la seule date connue à cette heure, c'est fin mai. Et encore, ce n'est que la date où on connaîtra, peut-être, la date à laquelle ces parcs pourront réouvrir. Le 2 juin?, mi-juin? début juillet? Tous les Etablissements recevant du public (ERP) en sont là,... faire des petits sauts dans le temps.

"Nous souhaitons réouvrir au plus vite, mais on ne saura rien avant fin mai". nous dit Nadine Bonnefoy, co-gérante du parc de loisirs "La Récré des trois curés". Nous sommes une petite structure familiale, on est souple, on peut réouvrir très vite, et en sécurité".

La "Récré des trois curés" s'étend sur 17 hectares à côté de Brest. Le parc emploie 20 personnes à l'année qui sont toutes pour l'heure en chômage partiel. Au plus fort de la saison, 100 personnes travaillent sur le site, qui accueille entre 1000 et 3000 personnes par jour, 220 000 à l'année. 40 attractions, dont une dizaine "à sensation".
 

La distanciation sur le parc, ce n'est pas un problème, on a la place pour espacer les files d'attente. On vient ici en famille, on saura comment mettre de la distance entre elles, y compris dans les attractions - Nadine Bonnefoy


"C'est le flou dans lequel on se trouve qui ne va pas. On ne sait rien de la saison qui s'annonce. Nous gérons aussi un camping, et là également il faut attendre fin mai pour avoir des réponses" et commencer à prendre des réservations.
  

Visibilité zéro


"Nous faisons partie d'un secteur d'activité où les mesures annoncées manquent cruellement de lisibilité" explique Philippe Vignaud. Il gère l'Aquarium de Saint-Malo, et le parc d'attraction Cobac Parc. Deux équipes de trois soigneurs et techniciens se relèvent d'une semaine sur l'autre pour entretenir l'aquarium, et alimenter les animaux. Le reste des 20 salariés est en chômage partiel.
 

On nous dit que les petits musées pourraient ouvrir dès le 11 mai, très bien. Mais c'est quoi un petit musée? L'aquarium de Saint-Malo n'est pas beaucoup plus grand, nous sommes un petit parc zoologique. Pour autant, aucune date ne nous est communiquée. Il faut attendre... - Philippe Vignaud 


Philippe Vignaud assure que l'Aquarium et le Parc d'attraction peuvent être opérationnels rapidement. "On travaille tous les jours à finaliser les règles sanitaires pour être prêt à ouvrir, distanciation, mesures barrière, protocoles de désinfection. Tout ce qu'il nous manque maintenant, c'est une date." 
  

Tourisme local


Depuis le début du confinement, Olivier de Lorgeril débourse 4000 euros par jour en charges fixes pour entretenir le domaine et nourrir les animaux du zoo de la Bourbansais. Il arrive quand même à se montrer flegmatique.

On a obtenu des aides, les demeures historiques sont maintenant pleinement reconnues dans la filière touristique, l'Etat peut garantir des prêts. Quant à la Bourbansais, notre trésorerie est saine, on peut tenir... - Olivier de Lorgeril

 
Il sait qu'il va perdre sa clientèle étrangère cet été (30 à 35% de ses visiteurs) mais il compte bien sur un tourisme local renforcé. "Après les crises de 2008 et de 2015, on avait malgré tout bien rebondi. Au SNELAC nous militons pour que le gouvernement lance une vaste campagne de communication en faveur du tourisme de proximité".

Nadine Bonnefoy attend la fin mai pour connaître le destin estival de son parc, presque d'utilité publique. "Après cette crise, il faudra revivre, sortir, s'amuser, et nous, on sera là pour donner un peu de baume au coeur au gens".


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie parcs d'attraction loisirs sorties et loisirs zoo animaux nature
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter