DECRYPTAGE. Elections régionales 2021 : la fibre optique, une nouvelle fracture territoriale en Bretagne

Le déploiement de la fibre optique prend du retard en Bretagne. L'objectif d'une Bretagne 100% fibrée d'ici à 2026, peut-il être atteint ? Est-ce le "flop" de la majorité sortante ?

Illustration raccordement fibre optique
Illustration raccordement fibre optique © AFP - J. Robine

En Bretagne, le déploiement de la fibre optique est porté par un syndicat mixte, baptisé Mégalis. Il rassemble la région Bretagne, les quatre départements bretons et 59 EPCI de la région.

Initialement, la promesse de Mégalis est de fibrer toute la Bretagne, d’ici à 2030. Aux opérateurs privés (Orange, Bouygues, SFR…), la tâche de déployer la fibre dans les grandes villes, Mégalis s’occupant de fibrer les territoires ruraux, jugés moins rentables.

Mais le chantier a pris du retard. Un million de prises devaient être installées à l’horizon 2020. Seulement 150 000 l’étaient réellement.

"La fibre optique ? On ne l’a toujours pas à Langon", témoigne Bruno, ouvrier agricole dans la commune. "Ils creusent des tranchées mais on attend toujours. Et franchement, chez nous, même le téléphone, il ne passe pas bien. Alors la fibre… ", soupire-t-il.

Le risque ? Une nouvelle fracture territoriale entre les territoires qui ont la fibre et ceux qui ne l'ont pas. Mais "cette rupture de l'égalité des chances est réparable, et elle sera réparée" explique Thomas Frinault, politologue, "c'est une question de calendrier".

 Pour d'autres en revanche, c'est moins vrai. "On ne pourra pas avoir le rural, et l'accès aux aménités urbaines" explique le politologue, "donc il y aura d'autres fractures territoriales qui elles seront beaucoup plus difficiles à résorber."

durée de la vidéo: 00 min 59
La fibre optique, une nouvelle fracture territoriale ?

Sur le chantier de la fibre optique, le retard de déploiement a plusieurs causes. Des problèmes d’élagage, rendant impossible certains travaux le long des routes. Mais aussi des problèmes de main d’œuvre : les ouvriers qualifiés manquent pour installer ces fibres optiques tant attendues.

L’Arcep, l’autorité de régulation des télécoms, a même critiqué ce retard à l’allumage.

« La Bretagne a un taux de raccordement de la fibre jusqu’à l’abonné de 35 % des foyers, contre 52 % au niveau national. Il est nécessaire que les territoires mettent les bouchées doubles, en particulier le projet public Mégalis dans les zones peu denses », estimait l’an passé Sébastien Soriano, alors président de l’Arcep.


Le pied sur l'accélérateur

Pourtant, la région Bretagne a mis le pied sur l’accélérateur. En mai 2019, elle a signé un contrat de 945 millions d’euros avec l’opérateur Bouygues afin d’accélérer l’installation de la fibre optique dans notre région.

Et s’est fixé un objectif encore plus ambitieux : une Bretagne 100% fibré, en 2026 ! Quatre ans plus tôt que le calendrier initial.

Le chantier de la fibre otique est-il un « flop » de la majorité sortante ? Pas vraiment estime Thomas Frinault, "c'est surtout un retard de calendrier, or l'objectif, même s'il n'est pas atteind dans les temps de l'annonce, était très ambitieux"".

durée de la vidéo: 00 min 55
La fibre optique : le "flop" de la majorité sortante ?

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
aménagement du territoire environnement technologies économie élections régionales 2021 élections politique