• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Le Dossier Médical Partagé pour mieux coordonner les soins

Le Dossier Médical Partagé a été lancé par la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, début novembre. / © P3 PRESS/MAXPPP
Le Dossier Médical Partagé a été lancé par la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, début novembre. / © P3 PRESS/MAXPPP

Le DMP existe depuis 2004 mais est relancé en cette fin d'année 2018. Il vient d'être expérimenté pendant 18 mois dans neuf départements, dont les Côtes-d'Armor. L'Assurance Maladie pilote le projet. Particuliers et professionnels de santé sont incités à utiliser ce nouvel outil.

Par Corentin Bélard

Avec l'essor des nouvelles technologies, le suivi médical est facilité pour les particuliers et les professionnels de santé. L'assurance maladie insiste pour que patients et soignants y contribuent, afin d'améliorer la prise en charge des soins.

Il prend la forme d'un carnet de santé numérique. Avec l'accord du patient, les soignants pourront accéder à son dossier médical, tout ou en partie.

Selon Nikam Mohtadi, médecin généraliste et président de l'Union Régionale des Professionnels de Santé (URPS), "tout ce qui va vers le partage de données ne peut être qu'efficient pour le professionnel de santé, en particulier les médecins."

Dans les Côtes-d'Armor où cet outil était en test depuis janvier 2017, "10.000 à 11.000 dossiers ont déjà été créés", déclare le médecin." Techniquement, la création est facile, "c'est techniquement assez facile". Chaque assuré peut créer son dossier via internet, en pharmacie, ou dans les CPAM.
 

Restent quelques lacunes

Nikam Mohtadi explique que cet outil ne sera réellement efficace que si il est régulièrement alimenté par les professionnels qui ne sont pas tenus de le faire.

Quelques critiques se manifestent dans la profession. Pour la Confédération des Syndicats Médicaux Français, il faut veiller à ce que cet outil soit utilisé de la bonne façon. 
 

En somme, le suivi médical 2.0 peut être un formidable outil pour la prise en charge, sous réserve que les professionnels de santé le complètent scrupuleusement. Sinon, le flop du "dossier médical personnel" de 2004 se répétera.
 

Le reportage d'Hélène Pédech et Bruno Van Wassenhove

Intervenants : Noëlle Davoust (pharmacienne), Dr Claudia Lefeuvre-Plesse (médecin oncologue) et Claudine Quéric (directrice de la CPAM 35).

 

A lire aussi

Sur le même sujet

"L'odyssée des forçats de la mer" extrait

Les + Lus