Elections régionales: Loïg Chesnais Girard plaide pour le vote en ligne

Jean-Louis Debré doit remettre son rapport sur la tenue des élections régionales dans le contexte de la Covid. Les décaler "n'est pas une réponse durable" lui a indiqué le président de la Région Bretagne, qui plaide pour un vote en ligne.
Loïg Chesnais Girard au Conseil Regional
Loïg Chesnais Girard au Conseil Regional © PHOTOPQRLE TELEGRAMMEVincent Michel
Va-t-on autoriser le vote en ligne au prochain scrutin que sont les élections régionales, qui - sauf annulation ou report - doivent se tenir au mois de mars prochain ? 
 

Dans une tribune sur Facebook, le président de la Région Bretagne, Loïg Chesnais Girard s'exprime sur le travail mené par Jean-Louis Debré, chargé d'étudier la question. L'ancien président du conseil Constitutionnel doit remettre son rapport ce vendredi au prmeier ministre Jean Castex.

Il penche pour un report de ces élections en juin. Le président du Sénat Gérard Larcher a lui d'ores et déjà donné son blanc-seing.

Loïg Chesnais Girard plaide, lui, pour le vote en ligne, car "modifier la date des éléctions n'est pas une réponse durable à la situation". "Nous vivons tous avec ce virus (...) Alors s'il faut bien mener ce travail sur la date des élections. Je propose que nous changions aussi notre approche de l'organisation du vote", suggère l'élu socialiste. 
 

"Ouvrons toutes les possibilités"

"Ouvrons toutes les possibilités: ouverture des bureaux de vote plusieurs jours, y compris en semaine, autorisation du vote par correspondance et bien sûr le vote en ligne", plaide le président de la région Bretagne.
    
Loïg Chesnais-Girard souligne que "le numérique est dans nos vies quotidiennes, il est aussi dans nos vies démocratiques car un canal important d'informations et de débats politiques. Alors allons jusqu'au bout de la logique."
    
"Poser ce débat et oser ces changements, c'est d'abord pouvoir offrir la capacité de voter sans risque à tous nos concitoyens qui ont peur d'attraper le virus" et "montrer que nous, les élus de la République, nous savons nous remettre en cause et écouter les citoyens qui sont fatigués d'un système sclérosé enfermé dans ses réflexes conservateurs", écrit le président de région.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique covid-19 santé société