Vos documentaires

Tous les lundis, à partir de 23 h dans la case "La France en vrai" 
Logo de l'émission Vos documentaires

Erika : autopsie d'un naufrage, le film choc

Dimanche 12 décembre 1999, à l’aube, le pétrolier Erika sombrait au large de la Bretagne
Dimanche 12 décembre 1999, à l’aube, le pétrolier Erika sombrait au large de la Bretagne

"ERIKA, l'outrage", "ERIKA, Justice !" sont rythmés comme des thrillers. Nous sommes aux côtés des marins de l'Abeille Flandre, avec les bénévoles sur les plages, au coeur de la catastrophe. La souillure de nos côtes par le pétrole de Total. Un documentaire en deux parties à ne pas manquer.

Par Benoit Thibaut

Revoir l'émission

Lorsque le dimanche 12 décembre 1999, le pétrolier Erika se brise au large de la Bretagne, du Guilvinec à l’Ile d’Yeu en Vendée, 400 km de côtés sont souillées par les hydrocarbures.  L’émotion est immense.

Très vite, le groupe Total est l’objet d’une vindicte populaire et médiatique, mais il faudra attendre 12 ans pour que la justice rende son dernier verdict.

Le documentaire, en deux parties, nous immerge en pleine tempête, sur le navire en train de sombrer. Il nous emmène sur les côtes où les bénévoles luttent contre la matière visqueuse. Il nous plonge dans les coulisses judiciaires et politiques d’une catastrophe écologique au retentissement hors-norme.

Vingt ans après le drame, les acteurs et témoins de l’époque racontent les épreuves qu’ils ont vécues et les blessures qui demeurent.
 

1ère partie : l'Outrage

Le lien pour revoir Erika : l' Outrage ( 1/2)

Ce 11 décembre 1999. Karun Mathur, l’officier indien qui commande le pétrolier Erika, déclenche sa balise de détresse au large d’Ouessant. Il ne sait pas encore que son navire, affrété par le groupe Total, va couler dans l’Atlantique et provoquer une nouvelle marée noire sur le littoral breton.

Les marins de l'Abeille Flandre vont sauver les 26 indiens à bord. Des opérations périlleuses racontées, filmées, dans des creux de 10 mètres. Les hommes sont sauvés mais l'équipage du remorqueur, constitué suite à l'Amoco, ne peut éviter que les 30 000 tonnes de fioul lourd ne s'échappent des cuves de l'Erika. Un drame.
 

Face à cette catastrophe et au traumatisme qu’elle engendre, du Finistère jusqu’aux côtes vendéennes, des milliers d’habitants se mobilisent pour tenter de sauver le littoral, en nettoyant mètre après mètre des centaines de kilomètres de plages littéralement ensevelies sous d’épaisses plaques de matière épaisse et visqueuse.
 

La rage au ventre, alors que chaque marée apporte son lot de pétrole, des hommes se battent pour protéger leur littoral. L'Érika étale son sang noir, sur des rivages encore immaculés. La population n'a que des pelles et des rateaux face à cette lave de volcan qui les laisse sans solution. C'est une catastrophe écologique.

Le cynisme des dirigeants de Total amplifie la vague d'indignation. Certains citoyens ne vont pas en rester là. Aux côtés de quelques femmes et hommes politiques, ils vont porter le combat devant la justice pour que ce véritable crime ne reste pas impuni.
 
 

2ème partie : Justice !

Le lien pour revoir Erika : Justice (2/2)

7 ans plus tard, en février 2007, le procès de l’Erika s’ouvre enfin. C’est le premier de cette ampleur en France.

Quinze accusés comparaissent, dont le groupe Total, le propriétaire italien du bateau, la société Rina en charge de l’inspection et de la certification des navires, Karun Mathur ainsi que trois militaires français et un agent de l’État ayant participé au sauvetage de l’équipage du pétrolier.

Les audiences, qui vont durer quatre mois, seront notamment marquées par la présence de candidats à la présidentielle et de nombreuses personnalités politiques.
Le 16 janvier 2008, coup de tonnerre dans le monde maritime et chez les militants écologistes : Total, Rina, ainsi que le propriétaire et le gestionnaire nautique du pétrolier, sont déclarés coupables de fautes caractérisées et condamnés.
 


Les sauveteurs et Mathur sont relaxés, mais demeurent profondément meurtris. Au fil des appels et des pourvois de Total, le procès va durer encore près de quatre ans et, en septembre 2012, la Cour de cassation confirme la responsabilité de l’affréteur. Elle valide pour la première fois le principe de "préjudice écologique" qui pourra désormais faire jurisprudence.
 

Erika : l'autopsie d'une naufrage


Le film nous replonge au cœur de la catastrophe Erika et retraçe la bataille juridique qui s’en suivit.

À travers les témoignages des acteurs de l’époque et grâce à l’imposant corpus d’archives sur le sujet, ce documentaire en deux volets de 52 minutes retracera les grands actes de l’histoire d’une marée noire inédite par son impact médiatique, juridique et humain.
 

ERIKA. L'Outrage (1/2)
ERIKA. Justice ! (2/2


Un film écrit par Benjamin Keltz et Nicolas Legendre
Réalisé par Olivier L. Brunet en coréalisation avec Lise Baron
Une coproduction Vivement Lundi ! / What's up productions / France Télévisions


Diffusion ce lundi 25 novembre à 23h05 (2x52 min) sur France 3 Bretagne et Pays de la Loire

A lire aussi