• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Vos documentaires

Tous les lundis, à partir de 23 h dans la case "La France en vrai" 
Logo de l'émission Vos documentaires

Moka Malo, des corsaires à la conquête du café

© Vivement lundi ! / France Télévisions
© Vivement lundi ! / France Télévisions

En janvier 1708, deux frégates quittent Saint-Malo pour le Yémen, seule terre où le café est cultivé. Leur but : se lancer dans le commerce de cet or noir et casser le monopole des Néerlandais. Ce documentaire retrace le commerce de ces précieuses graines sur un peu plus de trois siècles.

Par Catherine Deunf

En ce début du XVIII ème siècle, la toute puissante VOC hollandaise (Verenigde Oost-Indische Compagnie, c’est-à-dire la compagnie des Indes orientales) règne sur le commerce des épices. Les négociants néerlandais souhaitent maintenant faire main basse sur un marché prometteur : celui du café, trésor bien gardé par le Yémen, seul pays au monde à posséder alors des caféiers. 

Saint-Malo était autour de 1700 l’un des tout premiers ports et place marchande en France, explique André Lespagnol, historien.


Les marchands bretons décident donc de se lancer dans le commerce du café, alors à ses balbutiements et envoient deux frégates vers Moka au Yémen. En ces temps de guerre, le chef de l'expédition, le capitaine corsaire M. de la Merveille et ses hommes vont devoir affronter bien des ennemis de la France sur les mers.

En ces temps de guerre, sur la voie maritime entre St-Malo et Moka au Yémen, les navires de commerce doivent pouvoir se défendre et même attaquer les ennemis de la France. Les marins malouins, des corsaires du roi, deviennent des supplétifs de la marine de guerre. / © France 3
En ces temps de guerre, sur la voie maritime entre St-Malo et Moka au Yémen, les navires de commerce doivent pouvoir se défendre et même attaquer les ennemis de la France. Les marins malouins, des corsaires du roi, deviennent des supplétifs de la marine de guerre. / © France 3


Des corsaires commerçants et guerriers

Cette histoire de corsaires, le réalisateur, Richard Hamon, la découvre lors de l'un de ses nombreux voyages au Yémen.

"J'avais en tête les films de corsaires de mon enfance, mais ils sont loin de la réalité historique, précise-t-il. Les corsaires étaient avant tout commerçants et signaient un contrat d'engagement."


En ce temps de guerre de succession d'Espagne (1701/1714), la France est en conflit avec plusieurs puissances européennes. La marine de guerre de Louis XIV, trop faible pour affronter tous ses ennemis, utilise les corsaires comme supplétifs de l'armée officielle. Les navires marchands sont armés et autorisés à attaquer les bateaux des puissances adverses.

La naissance du capitalisme international

Grâce à son monopole, le Yémen joue à sa guise sur les cours du café. Cours qui vont bien sûr grimper à la vitesse de l'engouement que suscite la boisson en Europe. Objet de toutes les convoitises, les graines de café seront bientôt volées pour démarrer d'autres plantations dans le monde. De nouvelles exploitations voient le jour à Java, la Réunion, aux Caraïbes et développent l'esclavage pour augmenter leur rentabilité. La culture traditionnelle de Moka, incapable de lutter contre cette main d'œuvre, s'écroule. La part de marché du café yéménite passe de 100% en 1708 à 6% en 1800 puis disparaître.

Le commerce du café a conduit à la naissance du capitalisme international tel qu'on le connaît aujourd'hui parce que le café est l'archétype des produits d'exploitation, analyse Anthony Wild, historien.



" Il vient des pays pauvres de la zone tropicale, du travail des pauvres là-bas et les étapes nécessaires pour le donner au consommateur, sont entre les mains des riches pays de nord, " ajoute-t-il.

Ne rien lâcher

Durant douze ans, Richard Hamon, a porté le projet de ce documentaire, se heurtant à la difficulté de raconter l'histoire : " Il n'existe aucune source iconographique ou littéraire sur ces gens de Saint-Malo du 17ème/18ème siècle. Une reconstitution aurait coûté très cher."
Jusqu'au jour où son producteur Jean-François Le Corre lui suggère l'animation. Le réalisateur tombe sous le charme des premiers essais. Le projet est enfin sur les rails...

Quand on a un sujet en tête, il ne faut pas le lâcher, sourit le documentariste.

Ce magnifique travail sur le son et l'image, mélant images d'animation, d'archives et tournage actuel nous fait revivre l'histoire du café de 1700 à nos jours. Nous vous en offrons une petite tasse en avant-goût :

Extrait Doc Moka Malo
Histoire du café : Extrait du doc "Moka Malo" réalisé par Richard Hamon diffusé lundi 13 juin après le Soir 3


Moka Malo : documentaire de 52 minutes de Richard Hamon. Direction artistique : Eleonora Marinoni.
Une coproduction Vivement lundi ! / France Télevisions
Diffusion : lundi 8 janvier 2017, après le documentaire "Hénaff, ou le mystère de la petite boîte bleue"

 

Saint-Brieuc: au centre, la bataille des élections municipales est lancée