Littoral - Le magazine des gens de mer

Le dimanche à 12 h 55, rediffusé le jeudi à 8 h 50
Logo de l'émission Littoral - Le magazine des gens de mer

Voile : Alain Maignan, le facteur breton se lance dans un nouveau tour du monde

Après son premier tour du monde en 2007, Alain Maignan à la Trinité-sur-Mer / © PHOTOPQR/OUEST FRANCE TEAMSHOOT
Après son premier tour du monde en 2007, Alain Maignan à la Trinité-sur-Mer / © PHOTOPQR/OUEST FRANCE TEAMSHOOT

Dix ans après avoir bouclé son premier tour du monde à la voile, en solitaire, sans escales et sans assistance, Alain Maignan repart le 23 septembre prochain. Il affrontera cette fois les océans du globe d'est en ouest. Son aventure contre vents et marées devrait durer un an !

Par Patrick Soulabaille

Dix années après avoir bouclé son premier tour du monde en solitaire, sans escales et sans assistance, Alain Maignan reprend la mer. Le grand départ aura lieu le 23 septembre prochain la Trinité-sur-Mer. Il faut dire que l’idée lui trottait dans la tête depuis un sacré bout de temps. À vrai dire, le facteur de Plélan-le-grand rongeait son frein, la vie à terre commençait même à lui peser. 

Le facteur reprend sa tournée, en mer


Besoin de sensations, d’espace et d’aventure, Alain Maignan a donc décidé de reprendre sa tournée, mais cette fois il la fera en sens inverse, contre les vents et les courants. Pour réussir ce pari un peu fou, Il pourra compter sur le Shouten, son vieux compagnon de route, un bateau grand public, de ceux que l’on aperçoit voguant tranquillement l’été, dans le golfe du Morbihan. Avec ses 10,20 mètres de longueur, ce voilier grand public n’est pas franchement taillé pour affronter un tour du monde d’Est en Ouest.

Il y a dix ans, il s’était couché sept fois dans les mers du Sud, avait évité in extremis un glacier, son pilote automatique était parti en vrille, et ses voiles s’étaient déchirées au Cap Horn. Un poids plume dans la catégorie des lourds ! Bref ! À la barre du Shouten, Alain Maignan en avait bavé et frisé le KO. Le  facteur avait versé des larmes de douleur et de fatigue sur toutes les mers du globe, un véritable chemin de croix pour réaliser son rêve de terrien. En tout, six mois de galère pour revenir entier à la Trinité-sur-Mer !

Têtu, déterminé, 10 ans après cette première aventure, Maignan est affuté comme une lame de rasoir. L’homme n’a pas changé, quelques rides tout au plus, et affiche une forme physique à faire pâlir d’envie un jeunot de 20 ans. Un bon point, car cette fois, son périple va durer presque un an. De longs mois sans voir âme qui vive, une solitude voulue, seulement entrecoupée d’un coup de fil rapide à Nicole tous les deux jours.

Nicole, son fil d'Ariane


La compagne d’Alain Maignan, Nicole, sera le seul lien du marin avec le monde des terriens. Elle sera la voix qui réconforte quand l’océan se fait moins docile, et lorsque le froid du grand Sud tombera sur le Shouten, un fil d’Ariane auquel le facteur pourra toujours se raccrocher. Elle sera aussi celle qui rassure toute la famille et les amis. Pas facile de sourire, et de paraître sereine lorsque chaque jour l’angoisse du pire vous tenaille. Nicole Maignan connaît le parcours sur le bout des doigts : le Horn pour commencer, la remontée vers l’île de Pâques, ensuite Leeuwin et  le cap de Bonne Esperance avant de prendre les vents pour la Trinité.

Secrètement, elle espère trouver un billet d’avion, pour l’Australie ou la Réunion, louer un bateau, et qui sait peut-être voir son homme passer à quelques encablures. Une rencontre fugace, car elle ne pourra pas monter à bord du Shouten. 

Car rien ne stoppera Maignan dans sa course vers l’exploit, pas même un baiser. C’est cruel, inconcevable, mais pour être homologué, le tour du monde d’Est en Ouest doit être accompli en solitaire et sans assistance. En mer, les histoires de cœur restent à terre.

Arrivée d'Alain Maignan à la Trinité-sur-Mer
Alain Maignan à l'arrivée de son premier tour du monde à la Trinité-sur-Mer

 

80km/h sur le réseau secondaire ?