Littoral - Le magazine des gens de mer

Le dimanche à 12 h 55, rediffusé nationalement le vendredi à 8 h 10
Logo de l'émission Littoral - Le magazine des gens de mer

Voir et revoir Capitaine au long coeur

Grâce à Daniel Rigolet, de nombreux marins ont eu la vie sauve, et les armateurs ont pris conscience des enjeux de la sécurité en mer

Par Sophie Bourhis

Laurent Marvyle vous propose de partir à la rencontre de Daniel Rigolet. Il fut un grand capitaine au long cours, il fut surtout l’inventeur, dans les années 1970, de la célèbre combinaison de survie qui porte aujourd’hui son nom.

A 00'56. Capitaine au long cœur
Sur la route on parle d’accident, dans les transports aériens de catastrophe, mais les marins, eux, appellent cela des « fortunes de mer ». La perte humaine, le naufrage, font partie de l’histoire maritime et ont longtemps été considérés avec fatalité par les gens de mer. Pour les armateurs, perdre un marin était bien moins important que perdre un bateau et sa cargaison. Alors, on comprend les difficultés qu’a rencontrées Daniel Rigolet dans les années 1970, quand il voulut convaincre marins et armateurs de l’utilité de sa combinaison de survie, précisément conçue pour lutter contre la noyade et l’hypothermie. L’histoire débute le jour où Daniel Rigolet, alors au sommet de sa carrière de marin, apprend le naufrage dramatique d’un cargo, le « Maori », et la perte de 38 hommes d’équipage. C’est le drame de trop, qui le convainc de consacrer le reste de sa vie à sa combinaison de survie, quitte à défier les armateurs qui ne font pas grand cas de la peau de leurs marins.  Un combat de douze ans contre l’immobilisme d’une corporation, qui lui fera payer très cher son engagement auprès des gens de mer. Aujourd’hui, ce qui est sûr, c’est que les élèves du lycée maritime de Cherbourg connaissent, cette histoire, et pour cause : l’établissement, autrefois dirigé par Daniel Rigolet, porte désormais son nom et reçoit régulièrement la visite du pacha. L’occasion pour les élèves de montrer avec quelle rapidité ils enfilent les combinaisons de survie. Un geste qui, peut-être, leur sauvera la vie plus tard. La SNSM de Goury-La Hague a donné à son canot tous-temps le nom de Mona Rigolet, la femme de Daniel. Ce bateau  a été financé en grande partie par les bénéfices des ventes de la combinaison, que son inventeur a entièrement reversé à la société de sauvetage. Un bel hommage pour ce  marin d’origine paysanne, pour qui la vie des hommes a toujours plus compté que celle des navires et de leurs cargaisons, un homme au grand cœur qui le méritait bien.
un film de Philippe Lucas. Coprod Aligal.

 

Littoral des 8 et 9 octobre 2016