• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Littoral - Le magazine des gens de mer

Le dimanche à 12 h 55, rediffusé nationalement le mardi à 9 h 20
Logo de l'émission Littoral - Le magazine des gens de mer

L'environnement est la cause naturelle d'Anne Quéméré

Anne Quéméré, en préparation pour la traversée du passage Nord-Ouest dans la Baie de la Forêt-Fouesnant (Finistère).
Anne Quéméré, en préparation pour la traversée du passage Nord-Ouest dans la Baie de la Forêt-Fouesnant (Finistère).

La navigatrice Anne Quéméré réalise ses exploits sportifs en adéquation parfaite avec l'océan. Pour elle, c'est donc une évidence de s'engager pour l'environnement.

Par Violette Goarant

Quand on glisse sur l'océan, sans assistance pour quelques mois, on écrit sur le papier : « traversée en solitaire ». Or, on n'est pas si seul. Autour de nous, l'océan se transforme, se meut par des forces qui nous dépassent. C'est ainsi que tout humain glissant revient à son humble condition. Comment ne pas alors s'engager pour préserver ce qui est ?

Informer et naviguer

Sur le site d'Anne Quéméré, de courts articles informent tant sur l'importance du plancton que sur le paradoxe des ours polaires. Elle y résume aussi les grands enjeux du réchauffement climatique et donne les cartes de ses traversées, notamment celle du Passage Nord Ouest, en projet. Elle décrit les risques de l'exploitation future de ces lieux qui deviendraient accessibles par la fonte des glaces. Plusieurs grandes puissances seraient intéressées, étant donné l'importance des richesses naturelles présentes sur la zone. Enfin, le site relaie des sites d'associations, choisies avec soin par Anne, qui oeuvrent pour la protection de l'environnement.

L'océan, un ami proche

Anne pose ces valeurs comme une évidence : « Mon engagement est naturel. Quand on se retrouve dans un environnement où il n'y a plus de civilisation, il n'y a plus de société, ce qui va se trouver le plus familier devient l'océan. A force de glisser dessus, si proche, on touche tous les jours. On le voit, ça devient nôtre, ce n'est même plus un voisin mais un ami proche. Alors, oui, on s'y intéresse, et évidemment, quand on commence à s'y intéresser, on trouve des tas de documents sur tout ce qui  s'y passe. C'est là qu'on ne peut pas rester indifférent. »

La voile se lève

En tant que navigatrice, Anne sait la place privilégiée qu'elle occupe, avec ses pair(e)s. C'est pendant les traversées qu'on constate les dégâts, les changements, la pollution : « Nous sommes les témoins vivants de cet univers. Nous pouvons rapporter en parole ce que nous avons vu. D'ailleurs, on ne peut pas faire autrement. Quand on a la connaissance, on ne peut que la transmettre aux autres. Sinon, ce serait de l'égoïsme et puis, nos voyages auraient quelque chose de futile et de vain. »

Fabian Lahaie, avocat des familles.