Littoral - Le magazine des gens de mer

Le dimanche à 12 h 55, rediffusé nationalement le vendredi à 8 h 10
Logo de l'émission Littoral - Le magazine des gens de mer

Le 17 avril, bon vent les enfants ! Vive les colonies de vacances

Pas de diffusion le 10 avril, c'est la course cycliste Paris-Roubaix..  Littoral sera de retour le 17 avril, avec une belle histoire, qui pourrait se résumer par des chapitres de grandes joies et de petits chagrins... L'histoire des colonies de vacances...

Par Sophie Bourhis

Cette semaine Laurent Marvyle nous propose de nous plonger dans l’histoire des colonies de vacances. Nous allons balayer le temps, depuis la naissance des colonies il y 140 ans jusqu’à la multitude de séjours proposés aujourd’hui. Un joli clin d’œil aux bains de mer, au bon air marin, aux petits coups de blues quand on quittait sa famille et aux belles rigolades avec les copains.

Bon vent les enfants ! Vive les colonies de vacances. Un film de Laurie-Anne Courson.
Ah les colonies de vacances, cela se chante comme un refrain. Une mélodie reprise par des dizaines de milliers d’enfants, depuis le début du siècle dernier, lorsque les municipalités, les comités d’entreprise, les mouvements pour la jeunesse, religieux et laïques encourageaient les jeunes à développer leurs petites poitrines au contact des grands vents frais du large. Des caravanes scolaires d’hier, aux colonies de vacances d’aujourd’hui, ce film nous emmène en voyage au pays des bains de mer et des cures d’air. Des petits chagrins, et des grandes joies.
Si l’on trouve aujourd’hui des colonies de vacances dans chaque région de France, l’histoire des colos commence en Suisse, en 1876, lorsqu’un pasteur de Zurich emmène 68 enfants en voyage dans les montagnes. Mais c’est dans le Finistère, là où finit la terre, que commence notre histoire. Et notre voyage. Il débute en 1904, dans un baraquement installé sur une plage du Trez-Hir, où la ville de Brest accueille 171 enfants d’ouvriers, choisis par les quatre médecins inspecteurs des écoles. Les enfants passent la majeure partie de leur temps sur une plage où ils se baignent. Après un séjour de 3 semaines, ils deviennent vigoureux, plus aptes à passer l’hiver.
Bon vent les enfants ! Vive les colonies de vacances (Littoral 832)
Ah les colonies de vacances, cela se chante comme un refrain. Une mélodie reprise par des dizaines de milliers d’enfants, depuis le début du siècle dernier, lorsque les municipalités, les comités d’entreprise, les mouvements pour la jeunesse, religieux et laïques encourageaient les jeunes à développer leurs petites poitrines au contact des grands vents frais du large - Littoral / Coproduction Aligal - Laurie-Anne Courson
Cent dix ans plus tard, à Audierne, dans l’école communale, qui chaque été, héberge une cinquantaine de jeunes savoyards, on ne parle plus de colo,
mais de centre de vacances. La fréquentation a diminué, mais le concept reste : celui d’une aventure collective hors du cadre familial...
Bon vent les enfants ! Vive les colonies de vacances (Littoral 832)
Cent dix ans plus tard, à Audierne, dans l’école communale, qui chaque été, héberge une cinquantaine de jeunes savoyards, on ne parle plus de colo, mais de centre de vacances. La fréquentation a diminué, mais le concept reste : celui d’une aventure collective hors du cadre familial... - Littoral / Aligal - Laurie-Anne Courson
La vocation sanitaire a disparu, remplacée par l’entrée de plain-pied dans une société de loisirs. En revanche, le programme, lui, a peu changé finalement. Il est toujours marqué par la répétition immuable des activités qui, du réveil à l’extinction des feux, rythment la vie de la colo (travaux manuels, pêche, sport, sieste, repas, promenade en bord de mer, nage, chants, etc.).