• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Littoral - Le magazine des gens de mer

Le dimanche à 12 h 55, rediffusé nationalement le mardi à 9 h 20
Logo de l'émission Littoral - Le magazine des gens de mer

Le 7 février : les aventures de Pépère et de la Pilotine

Dans le carnaval de Dunkerque, il y a le traditionnel lancer de harengs et Christine, la patronne de la Pilotine un bar de nuit haut en couleurs.  A Audierne, Claude s’en retourne sur les lieux de son naufrage.

Par Sophie Bourhis

Christine, patronne de Pilotine
Cela fait 30 ans que Christine tient bon la barre de la Pilotine. Et à Dunkerque, tout le monde connaît ce bar de nuit qui porte le même nom que les vedettes utilisées par les pilotes du port de Dunkerque. L'établissement est un incontournable des nuits embrumées du quartier de la Citadelle.  Il faut dire que la patronne gère son affaire d'une main de maître, avec une gouaille et une autorité sans nulle autre pareil ! Lors du célèbre Carnaval de Dunkerque la Pilotine tourne à plein régime..
Réalisation David Morvan
Christine patrone de Pilotine (Littoral 7 février)
Dans le carnaval de Dunkerque, il y a le traditionnel lancer de harengs, et Christine, la patronne de la Pilotine, un bar de nuit haut en couleurs - Littoral. Réalisation David Morvan

Pépère et le Corbeau
Le 16 juillet 2012 à une heure du matin, Pépère, petit remorqueur fluvial de neuf mètres s’était échoué sous le vent de la balise du Corbeau, à l'entrée du port d'Audierne dans le Finistère.  Quelques mois après son naufrage, Claude est  parti en quête des sauveteurs SNSM qui l'avaient sorti de l’embarras. Aujourd'hui Pépère a retrouvé sa ligne de flottaison et Claude continue à réparer son désarroi par le dessin, comme une sorte d’exutoire… 
Réalisation Antoine Tracou
Pépère et le corbeau (Littoral 7 février)
A Audierne, Claude s’en retourne sur les lieux de son naufrage et part à la quête de tout ce qui lui rappelle Pépère, son vieux remorqueur qui s’est trouvé bien malmené. (Extrait) - Littoral. réalisation Antoine Tracou

 

Interview François Floret