• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Emmenés par le Morbihannais Paul Molac, 45 députés s'opposent au déremboursement de l'homéopathie

© Philippe HUGUEN / AFP
© Philippe HUGUEN / AFP

Le Breton Paul Molac en tête, quarante-cinq députés de tout bord, y compris de la majorité, disent "non au déremboursement de l'homéopathie" dans une tribune publiée par Le Journal du Dimanche, après la décision du gouvernement d'un déremboursement total.

Par Krystell Veillard


"L'homéopathie répond à un réel besoin médical. Elle contribue indéniablement à diminuer la consommation médicamenteuse et ainsi à combattre l'antibiorésistance, reconnue comme un problème majeur en termes de santé humaine et animale au niveau international", affirment ces parlementaires LR, UDI et indépendants, PS, Libertés et territoires, LREM ainsi que MoDem. Parmi ces 45 députés, quatre Bretons, avec le Morbihannais Paul Molac (Libertés et Territoires), Marc Le Fur, député des Côtes d'Armor (LR), Gilles Lurton, député d’Ille-et-Vilaine, (LR) et Bruno Joncour, député des Côtes d'Armor, (MoDem et apparentés).
 

"il est intéressant de se demander pourquoi l'homéopathie dérange"    


"Il est difficile d'accepter l'idée selon laquelle cette pratique, qui a longtemps été reconnue par les autorités et la communauté médicale, exercée pendant plus de deux cents ans par des médecins formés, et inscrite à la pharmacopée française en 1965, puisse soudainement être reléguée au rang de 'fake médecine'", soulignent ces élus, dont cinq "marcheurs", parmi lesquels Jean-François Cesarini et Blandine Brocard qui s'était élevée contre l'extension des vaccins obligatoires au début du quinquennat. Ces députés jugent que "face aux prises de positions virulentes qui ont émergé ces dernières semaines dans le débat public, alors que des millions de Français affirment constater des bienfaits, il est intéressant de se demander pourquoi l'homéopathie dérange".
    

TRIBUNE. 45 députés s'opposent au déremboursement de l'homéopathie

Ils sont 45 députés de divers bords, menés par l'élu (Libertés et Territoires) du Morbihan Paul Molac, à signer une tribune pour demander au gouvernement de renoncer au déremboursement de l'homéopathie.


Crainte d'un report vers les traitements allopathiques


"Le déremboursement total de l'homéopathie entraînera inévitablement un fort pourcentage de report vers la médecine traditionnelle, plus coûteuse et présentant également davantage de risques d'effets indésirables et secondaires", jugent-ils, demandant donc "au gouvernement de maintenir le niveau de remboursement à 30% de cette méthode thérapeutique".
 

Le reportage de Baptiste Galmiche et Philippe Queyroux


Interviews : Paul Molac, député (Libertés et territoires) du Morbihan - Marc Le Fur, député (LR) des Côtes-d'Armor
 

Le député Gilles Lurton ne comprend pas cette décision de déremboursement


Le Malouin, Gilles Lurton, député d’Ille-et-Vilaine, (Les Républicains), signataire de cette tribune explique que s'il l'a signée, c'est qu'elle était tout à fait conforme à sa position et qu'il ne comprend pas la décision du gouvernement. "Une position constante chez moi depuis qu'une menace de déremboursement pèse sur ces médicaments homéopathiques", ajoute t-il. "J'avais d'ailleurs déposé un amendement au mois d'octobre dernier pour demander à la Minsitre un rapport sur l'efficacité de ces médicaments. Elle n'a pas voulu suivre cette demande, préférant suivre l'avis de la Haute Autorité de Santé." Le député précise, "Bien-sûr je ne suis pas compétent pour dire si c'est bénéfique ou non, mais je m'appuie sur ce que me disent les médecins, sur les courriers, que je reçois. Et ces propos ne sont pas aussi catégoriques que ce qu'affirme la ministre. Autant je ne pense pas que l'homéopathie peut remplacer les traitements allopathiques, mais les effets sont bénéfiques et notamment pour ce qui est de la prévention."
 

Déremboursement progressif d'ici à 2021


L'homéopathie ne sera plus remboursée par la sécurité sociale d'ici à un an et demi, a annoncé la Ministre de la santé Agnès Buzyn, le 9 juillet dernier. Le gouvernement, se rangeant ainsi à l'avis de la Haute autorité de santé (HAS) qui avait conclu à l'absence d'efficacité avérée de ces produits pharmaceutiques. 

 

Homéopathie : à Rennes, Paris et Lyon, des mobilisations contre le déremboursement

Dans un avis rendu ce vendredi, la Haute autorité de santé a jugé l'efficacité de l'homéopathie insuffisante et préconisé la fin de son remboursement. Un avis qui a poussé les défenseurs de l'homéopathie à se mobiliser un peu partout en France. A Rennes notamment.

 

Inquiétude dans les laboratoires Boiron


Les laboratoires Boiron, l'un des leaders du secteur, comptant 2500 salariés à travers l'hexagone, emploient 75 personnes en Bretagne. 56 sur le site de Rennes et une vingtaine à Brest. Des salariés, des dirigeants, qui s'inquiètent de cette décision du déremboursement, qui pourrait avoir un impact important sur l'emploi. Le directeur du site rennais, Jean-Yves Garçon expliquait ainsi, qu'avec un déremboursement c'est l'image de l'homéopathie qui est en jeu, avec un risque de perte de confiance des patients. Le déremboursement étant souvent synonyme de dangerosité ou d'inefficacité d'un médicament. A la clé, une baisse des volumes pourrait en découler avec un effet direct sur l'emploi.
 
Le reportage à Rennes de Krystel Veillard, Laïla Agorram et Pierre-Yves Cheval - Interviews : Jean-Yves Garçon, directeur du site Boiron à Rennes - Noëlle Davoust, pharmacienne, présidente de l'Uspo Bretagne


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Saint-Brieuc: au centre, la bataille des élections municipales est lancée

Les + Lus