Les laboratoires Boiron craignent que l'homéopathie ne soit plus remboursée

Les laboratoires Boiron viennent de lancer, avec diverses organisations, une campagne de communication pour mobiliser les Français contre un possible déremboursement des médicaments homéopathiques. Le site brestois du laboratoire est particulièrement concerné par les ventes sur ordonnances.
Homéopathie illustration
Homéopathie illustration © AFP
C’est en juin 2019 que la Haute Autorité de santé (HAS) doit se prononcer sur l’homéopathie. « Et nous sommes un peu inquiets car la HAS n’a pas l’habitude d’évaluer ces médicaments très spécifiques », indique Valérie Poinsot, directrice générale des laboratoires Boiron.  Le fabricant d'homéopathie anticipe un avis défavorable de la Haute Autorité et a décidé de faire monter en première ligne les adeptes des granules, pour influencer le choix du gouvernement. En effet, quel que soit l’avis de la HAS, le gouvernement sera in fine le seul à pouvoir décider de stopper le remboursement de l'homéopathie.

Implanté à Brest depuis trente ans, le site de Guipavas des laboratoires Boiron est l'un des trente et un établissements français du groupe qui fabrique et distribue des produits pharmaceutiques homéopathiques. Quatre autres sont dédiés à la production dans le Rhône, près de Paris et dans le Loir-et-Cher. Une vingtaine de salariés travaille à Brest, après des débuts au Relecq-Kerhuon, lancé en 1996 avec huit salariés. 

Reportage de C. Collinet-Appéré et de S. Soviller - France 3 Bretagne

 
Homéopathie : les laboratoires Boiron, installés notamment à côté de Brest, inquiets pour le remboursement de leurs granules ©France 3 Bretagne
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie santé société