“Airbus des batteries“: Bolloré estime bénéficier d'un ”atout important”

Usine Blue Solutions à Ergué-Gaberic / © C. Louet
Usine Blue Solutions à Ergué-Gaberic / © C. Louet

L'entreprise BlueSolutions, filiale du groupe Bolloré spécialisée dans le stockage d'électricité, a estimé jeudi disposer avec sa technologie d'un "atout important" dans le cadre d'un futur "Airbus des batteries" voulu par la Commission européenne.

Par AFP

Pour pouvoir résister à une hégémonie des fabricants asiatiques dans un secteur crucial pour la mobilité sans émissions polluantes de demain, BlueSolutions est prête à nouer des partenariats, ont indiqué des responsables de l'entreprise dont les usines sont situées à Ergué-Gabéric, près de Quimper (Finistère).

Vincent Bolloré a investi depuis 20 ans dans les batteries électriques


"Maintenant que les temps changent un petit peu, nous sommes prêts à regarder les différentes options" de collaboration avec d'autres groupes, a souligné Marie Bolloré, directrice générale des applications mobilité électrique du groupe dirigé par son père Vincent Bolloré. Depuis 20 ans, Bolloré a investi quelque trois milliards d'euros dans le développement de ses batteries électriques et de leurs vitrines, entre autres les voitures BlueCar. Elles équipent notamment le service d'autopartage Autolib à Paris, mais aussi des bus, dont une cinquantaine ont été commandés par la RATP.

Développer la production de batteries pour contrer l'Asie



"On a fait beaucoup du chemin tout seuls, avec de gros investissements", a remarqué Didier Marginedes, vice-président de BlueSolutions. Pour lui, aujourd'hui "on est face à des mastodontes qui investissent plusieurs milliards dans des +gigafactories+ (usines géantes, NDLR), on a conscience qu'à un moment donné il faudra trouver des partenaires qui auront les mêmes objectifs stratégiques". Didier Marginedes a participé mercredi, au nom de Bolloré, à une réunion entre la Commission européenne et des professionnels, dans le but de définir rapidement un "plan stratégique" pour développer la production de batteries sur le Vieux Continent et contrer ainsi l'Asie

Développer d'autres technologies que les Chinois


Un des consensus qui s'est dégagé, selon M. Marginedes: "ce n'est pas la peine de faire des usines qui font exactement la même chose que les Chinois", c'est-à-dire des batteries de technologie lithium-ion. Bolloré a opté pour des batteries lithium-métal-polymère (LMP), dont l'électrolyte est solide contrairement aux lithium-ion, gage selon l'entreprise d'une plus grande endurance et fiabilité. "Il a été mentionné par plusieurs acteurs des différents métiers qu'aller vers le tout solide était sûrement une des options (...) pour le court terme", a précisé le vice-président de BlueSolutions, qualifiant sa technologie d'"atout important" dans cette optique.

Seul inconvénient, ces batteries doivent être chauffées


Les batteries LMP souffrent toutefois d'un inconvénient: elles fonctionnent à 60°C et doivent être donc chauffées pour atteindre leur meilleur rendement. BlueSolutions travaille à abaisser cette température, mais aussi à augmenter la capacité des batteries à encombrement égal, selon M. Marginedes.

Sur le même sujet

Sujet JT Exercice nucléaire Ile Longue

Près de chez vous

Les + Lus